Bienvenue à tous dans la petite ville de Rapentriac. Son lac gelé, ses rues enneigées, ses marres de sang et ses habitants plus morts que vivants !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Ruelles de la vieille ville

Aller en bas 
AuteurMessage
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 17 Jan - 20:57

Pas évident de se réhabituer à ce froid persistant. Il lui semblait qu'il était encore plus tenace qu'il y a 10 ans, pourtant, Iva savait que non.
Voilà plusieurs longues minutes qu'elle marchait dans un silence presque complet. À ça aussi, ce n'était pas évident de se réhabituer ; l'hôpital était bruyant, agité, odorant. Ici, la nature semblait presque morte, ça en devenait horrifiant. Elle adorait cette sensation de solitude. Son visage n'avait annoncé aucun ressentiment quand à travers les arbres de la forêt du nord, elle avait aperçu les habitations de Rapentriac.

À présent dans les rues de la ville, elle nota le silence. Dans ses souvenirs, certes lointains, il y avait plus d'agitation. Ce n'était pas pour lui déplaire, non. C'était mieux ainsi. Elle n'avait pas vraiment envie de retrouver le bruit des voitures, leur odeur insistante et surtout, les cris des enfants. Pour elle, c'était le pire. Ne pas les entendre dans les rues était un véritable soulagement. Au loin, elle distingua quelque chose à terre, elle s'en rapprocha. À mesure qu'elle avançait, elle put constater qu'il s'agissait d'un corps. Celui d'un humain. Ensanglanté, il lui manquait un bras ,et la tête gisait à quelques centimètres du cou. Pas troublée pour un sou, elle regretta de ne pas avoir assisté à la scène de crime. À mains nues, elle retourna le cadavre, qui s'avéra éventré, cherchant dans les poches de ce dernier. Elle y trouva une barre de céréales qu'elle mit de côté avant de farfouiller encore. Puis elle soupira. Non, elle ne trouvait pas ce qu'elle voulait. Un cadavre n'a vraiment rien d'intéressant au final. Elle s'empara de la barre de céréales et se releva.

Au loin, une petite silhouette se glissa entre des poubelles renversées. Iva renifla dans l'air froid, avant de faire passer sa langue sur ses dents du haut. Elle se remit à marcher. Elle ne se souvenait pas très bien où était sa maison, il lui faudrait arpenter peut-être encore longtemps. Quelle plaie. Si quelqu'un passait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 19:21

Amour avait atteind les rues du nord de la ville, et marchait vers le centre, en se disant qu'elle allait aboutir vers le centre ville et manger, trouver de la chaleur et se reposer. Rien d'autre n'allait dans ses pensées, l'assouvissement des besoins primaires était une jouissance simple et qu'elle vénérait à ce titre, et surtout en ce moment car penser à autre chose était synonime de réfléchir et si Amour commençait à réfléchir elle ne pourrait plus se concentrer sur son but ultime, la satisfaction de son objectif premier, un objectif animal, boire manger, dormir, entre autres.
Elle sentit ses yeux gonfler de larmes, était-ce la fatigue? Ou la solitude? La peur? La créature dans sa tête? Toujours est il qu'elle continua à marcher, le vite qu'elle pu, maladroitement, appuyant trop fort sur ses articultions, rageant sans savoir pourquoi, avec un besoin de frapper, qu'elle n'assouvit pas, craignant l'arrivée d'un errant...

Elle était bientôt à bout de soufle, elle n'avait plus vraiment froid, la sueur dégoulinait le long de son dos, sa bouche était entre ouverte et sa respiration bruyante et sifflante. Elle commençait à sentir ses yeux se fermer sous la fatigue et continua à marcher de façon presque inconsciente. L'objectif de départ devenait loingtain, maintenant il fallait marcher, juste marcher, est grand dieu que c'était dur!
Elle s'arrête un moment pour regarder les hauteurs de la vallée et se redonner du courage devant cette force qui ressemblait plus à la vie que ces troitoir deserts et elle sourit un instant devant la bautée naturelle.
Elle reprit son chemin avec moins de haine, moins de violence, plus de confiance, et elle prit conscience d'elle même; ce qu'elle detestait...
En levant la tête elle vit une silhouette au loin. Elle sentit un poing dans sa poitrine, la silhouette ne semblait pas errante alors Amour ne se jetta pas à terre. Elle refusa de reflechir et se lança en avant, quoi qu'il advienne, en refoulant la peur, fronçant les sourcils. Au fur et à mesure se dressait une grande silhouette au tein blafard, très classe et determinée avec un soupsons de blasement. Amour scruta l'être humain des yeux, la fixa, c'était une dame... A mesure qu'elle s'approchait Amour sentait la peur revenir, elle pris le reflexe de lui lancer une boue de neige dans la figure, en attrappa une autre et attendit la réaction de cette grande dame fascinante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 19:46

Depuis le bruit dans les poubelles, tout le corps d'Iva était aux aguets. Le moindre souffle de vent la faisait frissonner d'excitation. Il y avait bien quelque chose de vivant là-bas, qui se terrait... elle fixa pendant de longues minutes l'horizon enneigé, complètement immobile, prête à réagir au moindre signe d'activité. Son souffle était régulier, son coeur battait à vitesse normale. Une vraie statue.

Puis elle vit quelque chose. Non, quelqu'un. Un vivant s'avançait vers elle. Malgré la distance, Iva détermina la silhouette comme étant celle qu'une jeune fille. Elle estimait sa taille aux environs du mètre soixante et son âge aux alentours de la vingtaine d'années. Air innocent, voire faible. Iva détendit son corps, ce n'était pas un ennemi. Elle soupira profondément par le nez, pas par soulagement, mais pas déception. Quand son organisme se raidissait ainsi, il lui fallait répondre... des vivants, des cadavres, décidément, cette ville avait changé, et pas à ses goûts. Elle tourna les talons, fort peur désireuse de croiser le chemin de la jeune fille, quand elle sentit un projectile se diriger vers elle.

D'un mouvement vif, Iva se retourna... une sensation glacée mordit son visage de plein fouet. Désemparée, elle fit un grand geste de la tête sur son côté droit, pour jeter le maximum par-terre. Le maximum de quoi ? Elle prêta plus d'attention à ce qui venait de lui atterrir dessus, et elle se rendit compte qu'il s'agissait de... neige. Essuyant son visage avec sa main, Iva resta quelques secondes la bouche entrouverte à regarder sa main pleine de neige fondante. De grosses gouttes de cette même neige lui coulaient désagréablement dans le cou et noyait le col de ses vêtements.

Quelle idiotie ! Quel manque de vigilance ! Iva sentit son corps trembler... elle ferma les yeux et serra les dents, les exposant au vent froid qui soufflait dans la rue. Non, ce n'était rien, pas la peine de s'emporter pour ça... non, il ne fallait pas "le" laisser sortir pour quelque chose d'aussi ridicule... mais justement, parce que c'était ridicule, "il" voulait sortir ! La respiration d'Iva se fit plus vive, laissant des nuages de fumée blanche et légère se faire emporter par le vent. Elle tourna la tête vers le lanceur de boule de neige.

Cette fille... d'où venait-elle ? Qu'est-ce qui lui avait pris ? Iva se planta dans la neige et reprit son immobilité de départ, fixant la fille en face d'elle, le visage de nouveau impassible et le souffle à nouveau mesuré. Elle ne fit que relever suffisamment son menton en sa direction pour indiquer à son interlocutrice qu'elle devait se présenter. En bonne et due forme si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 19:58

Amour tremblait en regardant la dame puis esquisa un sourir en la voyant désemparée, à la limite de l'euphorie elle décrocha un grand sourire satisfait et animal an voyant les grandes dents sortir et lacha sa boule de neige. Elle la fixa ainsi durant plusieurs secondes, puis pinça les lèvres envoyant qu'elle devait se présenter.
Elle se rendit compte qu'elle avait perdue la parole, furieuse, elle gonfla son visage tout rouge, elle essaya de cirer mais aucun son ne sortait. Alors pour dire son prénom, Amour emlaca la grande dame dans ses bras et la serra très fort en lui faisant un bisou sur la joue, elle lui sourit gentiment après et s'assit dans la neige, épuisée, en souflant, son baton dans la main, ses beaux yeux verts levés vers la dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 20:24

Post précédent : Centre-ville

C'était vraiment le genre de ruelle typique des filmes d'horreur... Mince, des poubelles et des détritus un peu partout, ainsi que des tuyaux et des portes menant dans les arrières-boutiques de la ville...
Stéphane avançait prudemment, mais rapidement, ses sens en éveil et ses yeux surveillant chaque recoin, de peur qu'un de ces hommes ne lui saute dessus depuis une porte. La ruelle était longue en plus, et des dizaines de portes la bordaient. Couteau à la main, il continuait de marcher. Il n'y avait rien. Même derrière lui, loin, là où il était entré dans la ruelle, il n'y avait rien. Personne ne l'avait suivit, ce qui n'était pas plus mal d'ailleurs.

* Je déteste ces rues... déjà en temps normal, c'est le meilleur endroit pour se faire agresser... mais alors là, avec ces espèces de monstres qui sont partout dans la ville, c'est vraiment l'horreur *

La neige tombait doucement, apportant un peu de douceur dans cette atmosphère glauque et stressante. Stéphane approchait de la fin de la ruelle, enfin, et commençait à se sentir légèrement étouffé. Il sentait quelque chose, comme une présence, qui lui fit hérisser les poils de sa nuque. Il se retourna vivement, le couteau en avant, mais il n'y avait rien. Regardant sur les cotés, en l'air, rien non plus. Un simple voile de brume s'abattait sur la ruelle, probablement sur la ville entière, mais à part ça, rien.
Reprenant son chemin, Stéphane vit la brume s'épaissir, jusqu'à lui masquer la sortie de la ruelle. Inquiet, il ralentit sa marche, prenant garde à ne pas trébucher ou tomber sur une créature. Il ne voyait plus rien, et cela l'inquiétait et renforçait son impression d'étouffement.

* Mais qu'est-ce que... *

Il s'était arrêté. Il avait senti quelque chose bouger, dans la brume. Inquiet, il se retourna et continua sa route à reculons, surveillant le moindre mouvements, au moins jusqu'à sortir de la ruelle.

- Hey ! Y'a quelqu'un ? cria t-il.

Sa voix résonna dans la rue, mais personne ne répondit.
Stéphane posa finalement le pied en dehors de la ruelle. Reculant encore de quelques pas, il revit la lumière du matin. La brume, aussi étrange que cela puisse paraitre, était restée dans la ruelle.

* Euh... je suis pas doué en biologie, mais la va falloir m'expliquer... *


- Beuuuuh...

Un gémissement le fit bondir. Derrière lui, Stéphane put voir toute une troupe d'homme, l'air hagard, avançant lentement vers lui les bras tendus, tels des zombies d'un vieux film Z.
Stéphane jeta un œil à son couteau, pitoyable arme face à autant d'ennemis, puis chercha une échappatoire à travers le groupe qui se resserrait de plus en plus sur lui.
Mais ils étaient partout. Il ne savait pas ce qui avait eu ici, mais pas une seule rue n'étaient vide de monstre. Et retourner dans la ruelle embrumé ne l'enchantait guère.

* Bon, pas le choix... *

Stéphane prit appuie sur son pied gauche, et se mit à courir en zig-zagant entre les monstres, courant vers le nord dans une rue plus large. Les zombies étaient là par dizaine, voir même plus. A son passage, ils se retournaient lentement vers lui, tentant de l'agripper de leur mains déchiquetés.
Une rue à gauche. Stéphane ralentit, mais elle était empli de créatures, marchant lentement vers lui. Continuant sa course hasardeuse, il aperçut une rue sur la droite... même résultat.

* Bordel, mais y sont tous regroupé ici ou quoi ? *

Stéphane continua, accélérant. Il n'avait pas vraiment l'habitude de courir, et il sentait déjà une douleur à son ventre. Il s'était plié en deux, mais l'effleurement avec un homme qui faillit l'attraper le força à se redresser.

* Une autre rue à gauche... j'espère que sa ira... *

La masse de monstres s'était réduite, mais ils se regroupaient tous derrière lui. Peut rapide, ils étaient si nombreux qu'il se demandait ce qu'il fallait faire. Rentrer dans un bâtiment les attireraient eux aussi et ce ne serait pas le meilleur endroit pour les éliminer tous.
Qu'importe. Il n'y avait plus beaucoup d'humain devant lui. Il tourna, essoufflé, dans la ruelle de gauche.

* Bingo ! *

Il n'y avait que deux ombres un peu plus loin, une debout et une apparemment assise, ou a genoux. Même si c'était des monstres, il pouvait s'en occuper. Accélérant la cadence, il arriva à leur niveau et s'aperçut que ce n'était pas des ennemis. C'était deux femmes. L'une assise, blonde, tournée avec surprise dans sa direction. L'autre debout, habillée en noir, le toisait avec un soupçon de désintéressement.

- Bonjour, vous allez bien ? Vous faites un petit sitting ? ironisa Stéphane. Je vous inviterais bien à aller boire un verre mais là il serait plus urgent de se bouger, et d'aller faire les présentations ailleurs, enfin si ça ne vous dérange pas.

Derrière lui déjà, la masse de monstres apparaissaient déjà, dans un beuglement informe, avançant vers leurs trois proies avec lenteur...


Post suivant : Ruelles de la vielle ville


Dernière édition par Stéphane le Sam 24 Jan - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 20:54

Iva ressentit tout son corps tressaillir avec violence. Même pas le temps de sortir son couteau de sa poche, que la jeune fille en face d'elle s'approcha et l'enlaça. Le premier réflexe d'Iva fut de raidir son organisme pour le protéger d'une attaque éventuelle, ce qui, en outre, l'empêcha d'atteindre la poche où se trouvait son arme... les yeux grand ouverts par la surprise, ils furent bientôt grand ouverts par le dégoût.

Cette soudaine chaleur lui donna envie de vomir. Non, ce n'était pas le fait que son corps soit dur comme du bois qui tordait ses boyaux, mais bien ce contact humain. La blonde l'avait serrée fort, Iva avait pu sentir chaque courbe de son corps contre le sien dans une vague d'aversion intense. Et ce... cet étrange toucher de la bouche contre sa joue... elle eut un haut-le-coeur puissant. Elle voulut repousser la jeune fille pour ensuite lui ouvrir le ventre sur la neige, mais avec un naturel très simple, la blonde la relâcha et s'assit à terre, les yeux levés vers elle.

Elle reniflait l'innocence. La sottise. La futilité. Iva pris l'initiative de la tuer malgré tout ; pour une fois, "ils" étaient tous les deux d'accord... fixant la jeune fille de ses yeux irrités, elle fit doucement glisser sa main sur son corps, en direction de la poche contenant son couteau, comme pour ne pas effrayer la blonde. Le souffle court, elle imaginait déjà le cadavre frai étendu sur le sol, son sang dégoulinant avec onctuosité dans la neige épaisse et blanche, dégageant une légère odeur de tripes...

C'était sans compter sur l'arrivée d'un autre protagoniste. Iva se tourna vivement vers lui, sortant en l'espace de quelques secondes le couteau qu'elle cachait si bien, et le menaçant avec. Sa tête tourna vivement. "Il" n'était vraiment pas loin de la surface, elle le sentait approcher... elle ne put s'empêcher de caresser ses dents avec le bout de sa langue. Deux cadavres ? C'en était trop, elle étira un sourire carnassier sur ses lèvres, mais ce dernier fut brisé par les dires du jeune homme qui venait d'arriver. Iva fut prise entre l'envie de le décapiter et la curiosité qu'elle éprouva quant aux étranges silhouettes qui s'avançaient vers eux à l'autre bout de la rue.

De loin, c'était des vivants. Mais en y regardant bien, aucune fumée ne s'échappait de leurs bouches desséchées. "Il" disparut. Iva reprit son visage impassible, fixant celui du jeune homme ; le mètre soixante-quinze passé, la vingtaine, la peau basanée, l'air moins futile que la blonde. Elle fit le même geste envers lui qu'envers cette dernière, un mouvement du menton pour l'obliger à se présenter. Il ne semblait pas à l'aise.

Au loin, des gémissements inhumains s'extirpaient de la gorge des silhouettes nonchalantes. Iva n'y prêta pas attention, concentrée sur les deux personnes en face d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptySam 24 Jan - 21:22

Post précédent : Ruelles de la vieille ville


Stéphane était légèrement courbé, reprenant son souffle. Face à lui, la jeune femme le dévisageait.

* Mignonne, froide à ce que je peux voir... *

Stéphane évita de sourire bêtement et se redressa, regardant la jeune fille, qui l'invita d'un mouvement de tête à se présenter.

- Bon ok, faisons vite alors, dit-il rapidement. Je m'appelle Stéphane, je viens de revenir dans cette ville et je tentais de remonter chez moi. Et vous, vous êtes ?

Il se retourna vers la jeune fille assise par terre, apercevant les cadavres ambulant au loin, puis se retourna rapidement vers la jeune femme face à lui. Quelque chose, une impression étrange, lui disait d'éviter de lui donner l'occasion de... de faire quoi que ce soit. C'est alors qu'il aperçut le couteau qu'elle tenait à la main.

* Hm, je vois... je suis tombé sur les deux opposées à ce que je peux voir *

Stéphane serra un peu plus son couteau dans sa main, rendant le regard dur de la fille au cheveux noirs face à lui. Il n'était pas le genre à être intimidé par les autres, plutôt le genre à régler très vite les problèmes si cela était nécessaire. Et il voyait bien que cette fille n'était pas le genre à vouloir partager une tasse de thé avec lui.

Post suivant : Ruelles de la vieille ville


Dernière édition par Stéphane le Dim 25 Jan - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 14:04

Iva jugea le prénom du jeune homme. Aucune animosité. C'était un nom tout ce qu'il y avait de plus banal. Ce fut non sans fierté qu'elle dédaigna l'invitation de "Stéphane" à se présenter à son tour ; quelqu'un aussi peu intéressant ne méritait pas de connaître son identité. Même sous la torture éternelle, Iva ne lui dirait jamais qu'elle s'appelait Iva. Simple question d'honneur.

Son regard se détourna de lui alors qu'elle abaissait son arme ; nul besoin de la souiller avec un sang impur. Du moins pas pour l'instant. Son attention se porta sur les femmes et les hommes chancelants qui avançaient toujours en leur direction. La jeune fille n'avait jamais rien vu de tel, à part à la télévision, très tard, quand les infirmiers oubliaient d'éteindre les postes de l'hôpital. Ces "choses" coincées entre la vie et la mort, toutefois plus proches de la deuxième énumération, étaient lentes, idiotes, et faibles. Leur seul trait d'intérêt résidait dans leur cannibalisme, et encore. Soit disant que ce serait des cadavres ramenés à la vie par un choc électrique, à part les dires des médecins à son propos, Iva n'avait jamais rien entendu d'aussi stupide. Cependant, elle n'aurait jamais pensé non plus se retrouver face à ces sottises ambulantes pour de vrai.

Qu'importe. "Il" en avait marre de faire des allées et venues dans ses tripes, "il" voulait sortir et jouer. Iva n'était pas très désireuse de le laisser sortir devant des gens, elle préférait le laisser aller dans le silence et le calme, loin des regards. Si elle pouvait le garder encore un peu, ce serait mieux. Peut-être devra t-elle s'éloigner un peu pour laisser les créatures manger les deux autres, avant de ne revenir pour les tuer à leur tour ? Ou peut-être devait-elle achever "Stéphane" et la blonde avant, puis les laisser en pâture aux choses qui, une fois repues, pourraient être des proies intéressantes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 14:14

Amour tourna sa tête en direction d'un jeune homme qui arrivait vers elle et le morceau tout froid qu'elle avait enlacée. Elle posa un doigt sur sa bouche d'un air niais en écoutant son prénom. Au fait, la dame bizarre avait elle comprit le sien, de prénom? Apparemment, il lui manquait une case, à regarder ses yeux tout apathiques et sa mine blasée, elle sortait surement de l'HP ou alors c'était une dangereuse criminelle égarée, ou encore un dragon réincarné, nen... Nen nen, un bisounours déchu, ou mieux encore! Casimir dans le corps d'un mort parce qu'il n'a rien trouvé de mieux en détérant le cimetière!

Horeur! Cette chose tout froide était Casimir! ... nen, un bisounours... Amour constata une grimace déformer son visage en regardant la dame, elle était horrifié que Bisounours puisse se cacher à l'intérieur! En plus bisounours il avait un couteau! Et l'autre bonhomme derrière elle disait qu'ils faisaient un sitting, alors que c'était pas du tout un sitting mais un huging!
Amour commençait à bouder en se rongeant les ongles. Elle entendit les cris des errants plus loin, mais ne s'en soucia guère. Elle se sentait mal à l'aise et cria finalement en levant la tête "Eu veux ma mamaaaaaan" Et s'en suivis un long cris de plainte mêlé de larmes de petite fille.
" Eu veux aaaa amaaaaaaaan, Eu veux mamaaaaaaaan"
Elle pleurait maintenant à chaudes larmes sans savoir vraiment pourquoi, avec des sanglots et un sentiment désagréable lui rongeant les entrailles. Elle était ou sa maman? Cette question posée lui fit dévaler une nouvelle pente de larmes brulantes sous le froid.
Elle hoqueta plusieurs fois, en regardant les errants s'approcher de plus en plus, sans aucune peur. Ça recommençait, elle ne pouvait plus se lever, ni bouger, elle se sentait compressée, prise en étaux, avec pour seule compagnie sa tristesse et sa colère. il fallait à tout prix arrêter de réfléchir!
Elle essayait de fixer les errants pour se concentrer dessus, mais c'était bizarre, ils n'étaient pas intéressant, alors elle se tourna successivement vers le monsieur et la dame avec un regard implorant. Elle sentie la haine dans le regard du bisounours réincarné et tira la manche du monsieur qui s'appelait Stéphane.
Elle ne pu sortir qu'un unique son: "ma"..."ma", disait elle en tirant la manche de Stéphane, de sa toute petite voix. Elle le tirait sans s'arrêter en répétant le même mot.
Elle reprenait conscience de la réalité en perdant de nouveau la parole et regarda les errants s'approcher encore plus. Elle se leva et tapa des pieds par terre avec un bruit de ferraille en faisant une grosse colère et en sortant un son rauque non assimilable à la parole, elle redevenait toute rouge et lançait des boules de neige en directions des errants, tapant des pieds et alla se défouler sur un poteau électrique en constatant qu'ils étaient peut-être un peu trop puissant, il fallait qu'elle se calme, mais elle n'y parvenait pas, elle aurait été prête à griffer et mordre quiconque s'approchait.
Ce fut à ce moment que la peur s'installa totalement, quand elle pointa du doigt les errants en face avec une grimace, piétinant comme pour un besoin pressant, elle regardait les deux autres et sentait ses jambes trembler.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 14:40

Post précédent : Ruelles de la vieille ville


Stéphane et la jeune femme en noire se regardaient sans sourciller. Il se demandait qui elle était, ce qu'elle était. Après tout, toute sorte de personne peut avoir survécu dans cette ville. Elle pouvait être quelqu'un de normal comme... quelqu'un d'autre... Qu'importe, il devait se méfier de tout le monde.
Sa bonne humeur d'il y a quelques minutes avait littéralement disparu. Une atmosphère gênante s'était dressé à cet endroit, entre les trois survivants et la horde de monstres derrière eux.

- Eu veux ma mamaaaaaan !!!

Surpris, il se retourna et regarda en direction de ces beuglements. La jeune femme blonde derrière lui était en train de pleurer à chaude larme, criant sa mère. Elle avait le regard perdu, cherchant probablement quelqu'un.

* Mais où je suis tombé moi ? C'est pas l'hôpital psychiatrique ici !! *

Plus perdu que jamais, il commençait à se demander s'il devait rester ici à les aider, ou les laisser se débrouiller pour survivre. Après tout, ils n'étaient pas très armés et c'était tout un troupeau de créatures qui venait vers eux. Et puis les deux jeunes femmes étaient déjà ensemble avant qu'il n'arrive...

* Raah, mais pourquoi je me pose autant de questions, dans ce genre de situation c'est assez simple... *

Il sentit alors qu'on lui tirait la manche. Baissant son regard, il vit la femme blonde, aggripé à sa manche, prononçant quelque chose ressemblant à "ma".

* Faut que je me barre d'ici, vraiment... *

Mais la blonde s'était relevé. Tapant des pieds comme un enfant vexé, elle poussa un grognement et se mit à envoyer des boules de neiges sur la hordes s'approchant dangereusement d'eux. Stéphane se retourna vers l'autre jeune femme, dans un regard interrogateur. Cette dernière semblait plus qu'énervée. Voyant que Stéphane la regardait, elle détourna le regard, fixant les créatures s'approchant, trébuchant et rampant vers eux.

* Rah bordel, mais y'en a pas une qui bougera ! *

La blonde derrière lui s'était mise à taper dans un poteau électrique, comme pour calmer ses nerfs. Se prenant la tête entre les mains, sentant le contact froid de la lame de son couteau, Stéphane décida de les emmener dans un endroit sûr et de repartir en direction de son but initial : sa maison.
Respirant profondément, Stéphane attrapa la jeune blonde par la taille et l'entraina avec lui pour s'éloigner de la horde. Il jeta un oeil à l'autre femme, l'invitant silencieusement à les suivre si ça lui plaisait, et regarda à nouveau devant lui. Ils devaient traverser quelques rues avant d'arriver à un bâtiment plus grand. Il avait pensé au vieux garage qu'il y avait quelques rues plus loin, et espérait qu'il n'y avait rien ni personne là bas...

Post suivant : Ruelles de la vieille ville


Dernière édition par Stéphane le Dim 25 Jan - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 16:15

Elle l'aurait tuée. Iva aurait tué cette blonde sans aucune parcelle de cervelle qui faisait son one man show sur la neige... dorénavant, elle aurait vu plus stupide que des cadavres ramenés à la vie. C'était décidé, la blonde serait son prochain festin, cependant la horde de gens s'approchait toujours et leurs gémissements tapaient très sérieusement sur le système d'Iva.

Les pleurs de la blonde l'empêchaient également de se concentrer à cent pour cent. Son coeur commençait de nouveau à battre désagréablement. Une sueur froide la fit frissonner. En fermant les yeux elle tenta d'imaginer le calme qu'elle avait connu au tout début, dans les rues vides. Lorsqu'il n'y avait que le vent. Puis d'un coup, un vif mouvement sur le côté la fit rouvrir les yeux ; "Stéphane" s'était emparé de la blonde gueulante et semblait chercher le moyen de fuir. Un peu surprise, mais n'en faisant rien paraitre sur son visage, Iva l'observa faire. Porter apparemment aussi aisément une femme à la croissance achevée et avancer à grands pas dans la neige avec révélait une force physique certaine. Elle le détailla un peu plus ; sa masse corporelle devait tourner aux alentours des quatre-vingt kilos, voire plus.

Un soupir proche fit alors constater à Iva qu'une des choses était allée un peu plus vite que les autres. Tendant un bras décomposé vers elle dans un mouvement maladroit, elle put l'esquiver en le lui tranchant d'un coup vif et calculé de couteau. Un liquide noir et odorant dégoulina du membre, atterrissant dans un bruit désagréable sur la neige. Iva fit un pas en arrière, elle ne s'était pas attendue à ça. Quel genre de sang cela pouvait-il bien être ?

Toujours vivante, la créature l'attrapa de son autre bras. Même réaction de la jeune fille. Même liquide noir. Iva observa sa lame souillée par ce sang impur et anormal. Ses pulsions furent de suite calmées. Un tel sang de méritait rien et en un laps de temps d'à peine quelques secondes, "Stéphane" et la blonde gagnèrent un intérêt bien plus appétissant aux yeux d'Iva. Tournant les talons, elle rejoint le jeune homme, sous la gorge duquel elle plaça son couteau. Captant son regard, elle prit la parole pour la première fois depuis longtemps :


"- Iva. On fait quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 16:31

Post précédent : Ruelles de la vieille ville


Alors qu'il venait de faire quelques mètres en réfléchissant à l'endroit où se diriger, Stéphane sentit qu'on le saisissait par derrière. S'arrêtant net, il cru l'espace d'un instant que c'était une de ces créatures. Mais il vit le reflet bleuté de la lame d'un couteau, et reconnu le bras de la jeune femme en noire qu'il venait de doubler.

* Je m'en doutais... *

Stéphane ne bougeait pas.

- Iva. On fait quoi ? dit-elle lentement.

Elle avait une voix agréable, mais dur, froide. Stéphane ne répondit pas immédiatement, laissant les beuglements des créatures derrière envahir la rue.

- Le mieux serait de s'éloigner assez, et de se réfugier dans un bâtiment assez grand, et permettant de s'enfuir si nécessaire, répondit Stéphane sans trahir la moindre émotion.

Ce n'était pas la première fois qu'on le menaçait avec un couteau. Et il avait appris quoi faire pour éviter le pire, l'avantage de vivre dans un quartier mal fréquenté...
En entendant sa réponse, "Iva" appuya un peu plus fort avec son couteau contre sa gorge.

- Etant donné la masse d'ennemi, et le peu d'arme que nous avons, pour le moment il vaut mieux partir. On pourra nettoyer tout ça quand on sera mieux équipé... On pourra faire un saut au commissariat si ça te branche de massacré du mort-vivant...

En finissant sa phrase, Stéphane avait lâché la jeune blonde. Cette dernière tomba à genoux dans la neige.
Derrière, les monstres semblaient être de plus en plus prêt. Il était temps que la discussion se finisse... Stéphane, serrant son couteau dans sa main droite, redressa brusquement son bras au niveau du ventre de Iva. Apparemment surprise par un contact a ce niveau là, Stéphane en profita pour repousser son bras armé, se retourner et fixer Iva, son couteau toujours pointé vers son ventre, prêt à l'éviscérer si c'était nécessaire.

* Pas que ça m'enchanterait, mais au moins ça occuperai la masse derrière... *

Post suivant : Ruelles de la vieille ville


Dernière édition par Stéphane le Dim 25 Jan - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 16:55

Amour s'était sentie prise par la taille, attrappa en vitesse son manche à balai et éprouva une sensation de plaisir en sentant l'air frais dans le mauvais sens, et tendit les bras devant elle dans un soupir d'exaltation vers les errants la bas, se sentir portée lui fit oublier sa notion de peur. Mais brusquement, le manège s'arrêta et elle tomba dans la neige. Surprise, elle tomba à genoux, les mains écartées dans la neige. Elle regarda aux alentours, en se demandant se qu'elle faisait là, puis se souvint enfin qu'elle n'était pas seule sur le trottoir et se retourna en écoutant les voix. Le bisounours menaçait avec un couteau! Amour fit une tête outrée en pointant le doigt devant elle. le bisounours s'appelait donc Iva... Ha c'est moche! le pauvre, il doit être maudit...
Alors elle vit Stéphane prendre le dessus sur le bisounours-Iva-maudit et ses yeux brillèrent. Elle se leva, se mis en position d"attaque et donna un grand coup de manche à balai sur la tête d'Iva-maudit. Elle eue un moment d'attente, puis elle redonna des coups de bâton de façon incessante, comme si elle voulait exorciser Iva.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 17:28

Pas comme si Iva ne s'attendait pas à une riposte. Elle avait bien déterminé que "Stéphane" ne se laisserait pas faire, même avec un poids supplémentaire sur les épaules. Non, en réalité, elle avait secrètement espéré qu'il ne resterait pas en place comme un gentil chien. Ce n'était pas pour rien qu'elle l'avait menacé. Elle écouta ses propositions ; il cherchait donc réellement à s'éloigner des créatures. Iva ne voyait pas réellement le danger qu'elles représentaient, mais en accord avec "Stéphane" sur le manque d'armes pour combattre leur nombre, elle pressa la lame de son arme sur le cou à portée, énervée.

Le jeune homme choisit cet instant pour laisser tomber la blonde à terre et se défendre. D'un mouvement tactique, il pointa son arme en direction de son ventre. Iva ne put cacher sa stupéfaction ; elle poussa même un petit cri de surprise. Il reprit ensuite son air impassible. À l'intérieur, le sang bouillait. Elle eut un violent vertige, une nouvelle fois elle passa sa langue sur ses dents. Non pas en position de faiblesse, seulement menacée, Iva jugea encore une fois le jeune homme en face d'elle ; le mouvement dont il avait fait preuve était le signe d'un savoir-faire d'attaque et de défense. Il serait plus coriace que prévu. Elle le toisa.

C'était sans compter la blonde, dont Iva avait délaissé la présence, par simple mépris. Un violent choc à la tête lui rappela son existence. Les yeux fermés sous le coup, elle eut un petit soubresaut. Puis d'autres coups arrivèrent, de façon illogique et furieuse. Sous l'assaut, une blessure s'ouvrit sur sa tempe et du sang coula. Du sang chaud, Iva le sentait contre sa joue. Du sang chaud, avec une délicieuse odeur... du sang rouge, visible, appétissant... elle ouvrit les yeux, la bouche entrouverte. Ce n'était plus un visage dur qu'elle avait, mais une expression haineuse.

D'une main, elle attrapa le manche à balais et le brisa. Puis relevant la tête, elle fixa la blonde, toutes dents sorties, comme un animal prêt à bondir sur sa proie. Ce qu'elle fit d'ailleurs. Relâchant la menace de son couteau sous la gorge de "Stéphane", elle le saisit à pleine main, le relevant au-dessus de sa tête alors qu'elle plaquait la blonde dans la neige d'une force décuplée. Abaissant son arme, elle creusa une entaille plutôt profonde dans la joue de la jeune fille sous elle. Elle s'apprêta à donner un autre coup, en direction de la poitrine, quand elle sentit une main arrêter la sienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 17:51

post précédent : Ruelles de la vieille ville


Alors qu'ils se fixaient tout les deux, Stéphane sentit à nouveau un mouvement à côté de lui. Jetant un rapide coup d'œil, il aperçu la frêle blonde abattre son bâton sur le crane d'Iva. Cette dernière chancela, les yeux fermés, tandis que du sang se mettait à couler de sa tempe. La blonde continua à abattre son bâton, tandis que Stéphane, stupéfait, n'avait pas bougé.

* Mais elle est complètement folle !! *

Stéphane se redressa, prêt à réagir, mais déjà Iva avait retirer son couteau de devant lui, le levant haut au dessus d'elle et sautant au visage de l'autre femme, abattant la lame sur sa joue.

* Et merde, je savais bien que ça allait dégénérer. *

Du coin de l'œil, il vit la masse de monstres plus prêt que jamais. Voyant Iva dresser à nouveau son arme, Stéphane lui saisit l'avant-bras. Arrêté dans son mouvement, la femme tourna vivement son visage, ses courts cheveux masquant un visage plein de haine. Stéphane savait parfaitement qu'il ne pourrait pas grand chose, à moins de trouver un bon prétexte pour arrêter tout ça.

- Le mieux serait de dégager d'ici plutôt que de ce battre, dit-il en direction de la femme en noire, désignant d'un mouvement de tête les créatures les plus proches.

Iva ne semblait pas convaincue, pire même, elle avait l'air de se moquer que les monstres leur tombent dessus... Ce qui arriva malheureusement. Ils avaient trop tardé et déjà les monstres les plus proches s'abattaient sur eux. Stéphane recula, un de ces hommes l'ayant saisie aux épaules et tentant de le mordre, faisant dégouliner une masse incroyable d'un sang noir de sa bouche. Son couteau toujours dans sa main, Stéphane frappa l'homme à la poitrine... sans effet. Le repoussant d'un coup de pied, il lui planta le couteau dans le front, le faisant s'effondrer, la lame ressortant avec un bruit de succion à lui retourner les tripes. Le sang noir coulait à flot, mais Stéphane n'y prêta pas attention. Relevant la tête, il voyait le groupe de monstres toujours aussi proche. Iva était aux mains de deux d'entre eux, mais avait déjà couper les bras du plus proche. Il chercha la blonde du regard, puis sentit quelque chose serré contre sa jambe. Baissant la tête, il la vit appuyé contre, caché comme un enfant dans la jupe de sa mère.
Soupirant, Stéphane regarda à nouveau Iva qui s'était débarrassée de son deuxième agresseur, et semblait prête à en découdre avec d'autre.

- Hé ! On a pas de quoi les tuer tous, allons-nous en ! cria Stéphane en attrapant la jeune blonde parle bras et la remettant sur ses pieds.

Ils se mirent ainsi à courir à travers les rues, Stéphane cherchant à retrouver la route vers le garage de la vieille ville...

Post suivant : Garage


Dernière édition par Stéphane le Dim 25 Jan - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 18:09

Amour se sentit arrêté dans son geste et levée en l'air, son bâton cassé... Son bâton... Stupéfaite, elle ne bougea plus et se sentie plaquée au sol en fermant les yeux sous le choc. Elle tenta d'émettre un cri qui ne sortit pas lorsqu'une douleur lancinante frappa sa joue, elle regarda Iva avec peur, elle avait abimé son beau visage....
Elle était pas gentille la dame...
Au moment ou elle la vit s'attaquer à sa poitrine, Stéphane arrêta Iva, au grand soulagement d'Amour. Elle sursauta quand les monstres arrivèrent à leur niveau. les deux autres se débattaient, amour s'accrocha à la jambe de Stéphane, s'accrocher au bisounours était trop dangereux maintenant...
Elle était perdue, elle se sentie soulevée par le bras et tirée vers le coté opposé aux errants, elle se laissa bientôt trainer dans la neige, incapable d'avancer, complètement choquée par la situation, sa joue brulante lui faisait mal, elle voulait aller voir les grosses bêtes qui arrivaient mais en même temps elle avait peur.
Ils tournèrent dans des petites rues étroites, en voyant les zombies grouiller de partout, comme un gros bouillon de soupe moisie, et en plus ils laissaient des traces sur le sol, quelle horreur de souiller ainsi Gaïa. Amour regardait successivement les traces des zombies puis les sang qui coulait, et leur allure, elle referma son autre main sur le bras qui la tenait, et ne voulant pas finir entre cette masse informe et décomposée.
Ils arrivèrent dans une rue plus large que les autres ou les deux autres stoppèrent un instant, semblant chercher la suite de la route. Iva lançait des coups de couteau d'un air rageur, le regard rouge et brillant, Stéphane continuait de courir à travers les rues en essayant de les eviter, Amour écarquillait les yeux vers les horreurs de la nature puis regarda la grande dame toute pale qui était méchante, elle la fixait du regard en se laissant trainer d'un air absent, elle sentait beaucoup de méprit, beaucoup de haine dans son regard. Elle comprit qu'elle n'aurait pas du la frapper avec un bâton, ce qui l'amena à lâcher prise et se laisser complètement trainer en regrettant ses actes. Elle tourna son regard vers le ciel, toujours intact, elle voyait les murs défiler, les fenêtre défoncées, pas le moindre oiseau, pas la moindre souris, rien...
les bruits de plainte lointaines s'intensifiaient, elle savait que les deux autres se bataillaient, en effet, Iva poignardait avec beaucoup d'aisance tout ce qui pouvait s'apparenter à un débris de cadavre humain gigotant dans l'air froid, le sang noir jaillissant tout autour d'elle, comme un chef d'orchestre levant sa baguette pour diriger, comme avec une épée foudroyante, elle se défendait à merveille, sans aucune pitié. Stéphane agripait Amour avec un air de désolation d'une main, et de l'autre parait les attaques qu'il recevait en continuant sa course.

Juste trois humains dans la neige, avec des formes de vies sans conscience...
Elle sentie un choc sur le sol. Sa tête avait heurté la neige. Elle regarda devant elle, c'est à dire vers le ciel, et vis Stéphane ouvrit une porte de garage. Elle l'entendit soupirer avant de la trainer à l'intérieur, la grande dame bizarre achevait un cadavre pas tout à fait mort avec sang froid. Laporte du garage se referma, il faisait noir...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La brume
Pnj
La brume

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/01/2009

Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville EmptyDim 25 Jan - 23:32

Il y avait des êtres vivant ici... De la chaleur se dégageait encore de certaines parties de cette ville... Il fallait qu'elles partent... Il ne pouvait pas les laisser ici... Il n'avait pas envie de les voir, pas envie qu'elles restent... La source de chaleur de la ruelle l'avait intrigué, elle allait donc rester en vie... pour le moment... Mais la il y en avait trop...
Envahissant les petites rues, en quête de ces sources de chaleur, la "chose" finit par prendre possession de ce qui bougeait encore... Des créatures sans vie, n'émettant rien, obstruait sa route... enfin, obstruait... non, car rien ne pouvait l'empêcher d'avancer... mais ces créatures sans intérêt lui donnait envie de tout détruire... Et c'est ce qui fut fait en les faisant éclater en plusieurs morceaux... La chair humaine était si intéressante, et si fragile en même temps...

Mais durant son petit amusement, les sources de chaleur avaient disparut de son champ de vision. De rage, la "chose" quitta les lieux, préférant aller dans un endroit où une autre source de chaleur s'était réfugiée et était resté sur place trop longtemps à son gout...

suite : Immeuble Sud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ruelles de la vieille ville Empty
MessageSujet: Re: Ruelles de la vieille ville   Ruelles de la vieille ville Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruelles de la vieille ville
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rumeurs dans le Royaume de Hurlevent
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Cap-Haïtien: ville poubelle à vocation touristique ?
» 400 employés de la mairie de Pétion ville ont été révoqués

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Dark Cold - :: Role Play - Rapentriac :: Rues-
Sauter vers: