Bienvenue à tous dans la petite ville de Rapentriac. Son lac gelé, ses rues enneigées, ses marres de sang et ses habitants plus morts que vivants !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Garage

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Garage   Garage EmptyDim 25 Jan - 19:12

Post précédent : Ruelles de la vieille ville


* Mais bordel qu'est-ce que je fou là ?? *

Stéphane courrait comme un dératé dans les rues, esquivant un maximum de monstres, avançant au hasard dans les rues, essayant de se souvenir de la route exact jusqu'au garage. Derrière lui, Iva repoussait les créatures tout en les suivant. La jeune blonde quand à elle, se laissait trainer par Stéphane, qui se demandait combien de temps il arriverait à tenir à ce rythme. Soupirant régulièrement pour éviter de tomber d'épuisement, c'était surtout son envie de s'en sortir qui le faisait tenir debout.

Ils venaient d'arriver dans une rue plus large. Ils étaient toujours dans la vieille ville, mais Stéphane reconnaissait enfin la zone. Le garage n'était qu'a quelques mètres. Continuant de courir, une lueur d'espoir brillant dans ses yeux, il pensait déjà au moment où il pourrait enfin s'assoir un peu.

* Enfin !! *

Au détour d'une rue, il aperçu enfin le garage. La porte n'était pas loin, grande ouverte. Arrivé à sa hauteur, Stéphane lâcha la jeune femme qui s'écroula dans la neige, et ouvrit un peu plus la porte. Se retournant, il voyait Iva courir vers eux, sans que rien ne les suivent. Ils avaient réussi à distancer ce qui les suivait. Mais Stéphane sentit un frisson lui remonter l'échine. Au loin derrière Iva, dans une des ruelles de la vieille ville, il voyait l'espèce de brume avancer. Il en comprenait pas cette sensation dut à du brouillard, mais ce qu'il avait ressentit dans la ruelle il y a déjà plusieurs minutes ne lui donnait pas envie de se retrouver à nouveau coincé. Et puis, cette brume lui paraissait étrange... Elle envahissait tout lentement, se dirigeant vers eux comme si elle était vivante.

* Non, ce n'est qu'une impression, parce que la brume s'étend sur toute la ville... Dépêchons-nous *

Il saisit la jeune fille par les épaules et la traina à l'intérieur du garage. Lorsque Iva rentra à son tour, il saisit la grande porte et la fit glisser, refermant aussi vite qu'il le pouvait le bâtiment...


La pièce était sombre. Ils se trouvaient tout les trois dans la pièce où les véhicules étaient réparé. Il y avait différentes structures de réparation dans la pièce, mais Stéphane n'y connaissait rien. Il regardait les vitres, complètement embuées, laissant peu de lumière pénétrer la pièce. Rien ne bougeait dehors, et Stéphane était sûr que toute la ville était maintenant plongée dans la brume.

* Bon après tout, c'est normal, il est encore assez tôt *

Stéphane se retourna. La jeune blonde était toujours allongée et ne disait rien. Iva quand a elle était plus loin, examinant surement la pièce où ils se trouvaient.
Il se dirigea alors vers ce qui semblait être les bureaux du garage. Poussant la porte, il sentit la même odeur horrible que dehors lui emplir le nez. Par terre gisait un cadavre, des outils enfoncés dans le corps. Il était étendu sur les restes d'un humain, le visage effrayé, littéralement éventré. Stéphane détourna le regard et chercha quelque chose d'intéressant dans la pièce.

* Un téléphone ! *

Il hâta le pas vers le combiné, le décrocha... et n'entendit rien, pas même une tonalité. Reposant l'appareil, il jeta un coup d'œil sur la table, à la recherche de quelque chose d'utile. C'était une ville avec beaucoup de pêcheurs et de chasseurs, il pouvait donc trouver un fusil dans cette pièce. Mais rien. Il eu beau ouvrir les tiroirs, retourner la paperasse, ouvrir les placards, il n'y avait rien.

Stéphane finit par ressortir du bureau. Iva restait invisible, et la jeune blonde était assise, appuyé contre une des machines du garage. Regardant autour de lui, il vit une petite porte donnant de l'autre côté du bâtiment.

* Bon, au moins on saura par où sortir... *

Son regard brilla alors. Garée prêt de la porte se trouvait un 4x4. Il s'avança, ouvrit la porte et monta dedans. Les clés étaient encore sur le contact, mais il ne se posa aucune questions. Il les tourna, mais il ne se passa rien. Aucune réaction, la voiture était complètement morte.
Dépité, il laissa tomber sa tête sur le volant. Le klaxon ne réagit même pas...

* Tout est mort, plus rien ne marche ici... nous voilà bien partit *

Stéphane se redressa, cherchant quelque chose d'utile dans le 4x4. Il n'y avait qu'une vieille casquette trouée et des cannettes de bières vides. Il ouvrit alors la boite à gant pour y voir les papiers du véhicule et, à son plus grand bonheur, un révolver. Petit, pas spécialement récent, mais avec un chargeur plein. Stéphane, qui avait l'habitude de manipuler de fausses armes pendant ses parties d'airsoft, enleva le chargeur. Il contenait 8 balles. remettant le chargeur, il chercha une boite de munitions, en vain. Regardant à nouveau l'arme, il sourit en se disant que c'était la même que James Bond...

Stéphane sortit finalement du véhicule, rangeant l'arme dans une de ses poches, préférant économiser les balles au cas où... Il regardait la jeune blonde, debout, qui errait naïvement d'un véhicule à l'autre, tandis qu'Iva se dirigeait dans le bureau qu'il avait visité quelques minutes auparavant...

___
Armes : couteau, Walter 8 munitions

post suivant : Garage


Dernière édition par Stéphane le Dim 25 Jan - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyDim 25 Jan - 19:43

"Stéphane" semblait connaitre la ville. Ayant parlé d'un garage, Iva se souvint alors qu'en effet, déjà lorsqu'elle était petite, il y avait un garage dans le quartier. Souvenir vague et flou, secoué par la course qui commençait. Alors qu'ils couraient, le jeune homme trainant derrière lui la blonde quasiment inerte, elle repoussait les créatures qui s'en prenaient à elle. Puis bientôt, le garage se fit voir.

Avant que la porte ne se referme, Iva put apercevoir quelque chose d'opaque à l'extérieur, une sorte de brouillard. Dans un bruit sourd, ils se retrouvèrent tous dans l'obscurité de la pièce. Elle regarda autour d'elle, reprenant silencieusement son souffle et vérifiant qu'il n'y avait rien de vivant à part eux. Il régnait une odeur prenante de décomposition. Iva en repéra l'une des sources, un cadavre coincé sous une voiture au capot ouvert, sur la droite. Elle s'en approcha. Une marre de sang sec et marron avait inondé les vêtements de l'homme. Elle s'accroupit et examina. Il devait être mort depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Sa chair tendue abritait quelques vers blancs et gras. Iva entreprit de fouiller les poches disponibles mais n'y trouva rien d'intéressant. Les cadavres étaient réellement inutiles...

Elle observa autour, toujours accroupie. Puis une forme intéressa particulièrement son regard. Se relevant, elle se dirigea vers elle, lentement, prenant soin de ne pas marcher sur les outils éparts sur le sol. Elle ne savait pas ce qui s'était passé ici, d'ailleurs elle s'en moquait bien, mais un soupçon de curiosité la pousserait sans doute à le demander à "Stéphane". Il était hors de question de demander quoi que ce soit à l'autre imbécile, elle ne comprenait même pas que le jeune homme ait prit le temps de l'aider. La forme vue de loin était bien ce qu'elle imaginait : un fusil. Elle s'en saisit, le soupesa et l'estima à moitié plein.

Elle tourna les talons et avança vers ce qui semblait être un bureau. "Stéphane" avait une mine dépité et le visage rougi par la course. Elle le considéra sans émoi, passant devant lui pour pénétrer dans la petite pièce adjacente. L'odeur de décomposition fut plus intense encore. Par-terre, un homme éventré, un autre transpercé d'outils divers. Elle les enjamba et chercha dans les tiroirs, sous le regard du jeune homme, après avoir posé le fusil sur un bureau. Il n'y avait pratiquement que des papiers, des photos, des enveloppes... Iva observa bien les lieux, puis ouvrit un placard sur sa gauche, un peu en hauteur. Bingo. Des paquets de céréales, des pots de confitures, des tablettes de chocolat, et une bouteille d'alcool. Elle sortit le tout, rangeant dans une des poches de son manteau une des plaquettes, puis s'assit au sol, tout près des deux cadavres. Elle ouvrit un paquet de céréales, sans même vérifier la date de péremption, saisit une grosse poignée qu'elle avala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyDim 25 Jan - 20:26

Amour mis du temps à s'habituer à la faible luminosité. Elle entendait les bruits de pas des autres dans la pièce. Elle mit du temps à réagir et se rendre compte du lieu. L'odeur était affreuse et elle porta sa main à sa joue blessée qui lui faisait mal. L'autre folle avait taillé brutalement, en même temps... Elle l'avait bien cherchée. Amour était en proie à un grand désespoir.
Elle regarda le sang sur ses doigts et se sentie coupable sans savoir pourquoi... Elle s'assit par terre, l'absence de bruit l'avait rassurée.
Elle marcha d'abord à quatre pattes vers une machine verdâtre, s'adossa contre celle ci et observa les alentours. Iva passait d'un cadavre à une autre pièce, sans aucun scrupule à le fouiller. Amour décida de se méfier d'elle à présent. Elle vit Stéphane dans un 4X4, la tête contre le volant, elle se sentie inutile et regarda en l'air, comme d'habitude.

Elle entendit sa petite voix intérieur lui dire de se lever et d'arrêter de penser à des choses ridicules. Amour l'écouta, se leva, vadrouilla au hasard des voitures, ramenant ses mains vers elle quand elle voyait dépasser un bras, un morceau d'outil ensanglanté ou quand elle voyait une ombre dans un coin sombre.
Amour sentait la mort... Elle voulait prendre une douche... Mais il n'y en avait pas dans un garage. Elle regardait en l'air quand elle marcha sur une main pourrie et sentie un haut le cœur, vomit par terre.
Elle essuya sa bouche, toussa un peu et s'éloigna de l'endroit souillé. En plus de sentir la mort, elle sentait le vomi...
Elle aurait voulut aller voir Iva pour s'excuser mais aucun son ne sortait de sa bouche alors elle se contenta de marcher vers elle et la regarda, sans aucune méchanceté, sans la fixer cette fois. Elle mangeait des céréale et regardait Amour avec beaucoup de méprit, cette dernière voulu quitter l'endroit et se cogna le nez dans l'entrebâillement de la porte, ayant mal visé, elle se le teins pendant plusieurs secondes, à moitié sonnée.
Complètement confuse et ridicule, elle voulait s'enfuir mais ne voyait pas bien ou et il faut dire qu'Iva l'impressionnait beaucoup.
Elle se massa le nez et se poussa quand Iva, légèrement irritée de la présence d'Amour, sortit en prenant soin de ne pas la toucher, comme pour ne pas être salie. Amour regarda le placard sans intérêt, elle ne voulait pas manger, elle voulait une douche.
Elle sortit de la pièce non sans avoir remarqué le cadavre avant de fuir pour ne pas vomir sur le sol. Elle ne voulait pas être seule, pas encore...
Elle inspira profondément et arpenta le garage d'un air déterminé cette fois, enfin... Se voulant déterminé.
Elle fouilla dans la première voiture qu'elle trouva, sans pouvoir déterminer quel genre c'était, elle était bleue foncé, Amour s'assit dedans et chercha l'autoradio... Qui ne répondit pas, pourquoi la musique ne marchait pas? c'était une voiture neuve pourtant... Elle se rappelait une chanson, elle voulait murmurer mais ça ne sortait pas... Elle abandonna les cordes vocales pour taper sur le tableau de bord du bout de ses doigts, cherchant le rythme, elle se calma alors. Elle mit sa tête dans ses bras en regardant par le pare brise et entendit des bruit contre la porte du garage, sans doute les errants... Ou étaient passés ses souvenirs? Elle décida de nouveau d'abandonner ces pensées et de sortir de la voiture.
Que faire?... Que faire?...
Amour avait bien une envie... Mais elle ne ferait pas avancer les choses. Elle chercha dans les autres voitures ce qu'elle pouvait, dénicha une canne à pêche qu'elle jeta par dessus son épaule, elle fit de même avec le paquet d'asticots, les différents chiffons qu'elle trouvait et sourit quand elle vit un revolver... Elle hésita. Elle n'aimait pas les armes à feu, elle décida de l'apporter à Stéphane, car Iva allait surement se jetter sur elle en la réduisant en bouillie.
Elle le chercha du regard, Iva s'approchait de lui. Elle attendit un moment, en regardant leur lèvres bouger, celles d'Iva d'un geste lent et méticuleux, celles de Stéphane d'un geste vif et radical. Elle s'approcha finalement aussi silencieusement qu'elle le pouvait, et elle était très douée pour, car Iva ne l'avait pas vu arriver. Elle tendit le revolver vers Stéphane, mais dans le mauvais sens, ce qui pouvait porter à confusion quand à l'innocence de son geste. Elle se ravisa en voyant l'expression de son interlocuteur. Elle le posa par terre et s'ecarta, en frottant le sol avec son pied droit.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyDim 25 Jan - 21:49

post précédent : Garage


La jeune blonde avançait en direction du bureau. Stéphane, encore prêt du 4x4, ne voyait plus Iva, mais cela l'importait peu pour le moment. Des bruits sourds se faisaient entendre par moment contre la grande porte fermée, et Stéphane se mit en quête d'un moyen de la bloquer, au cas où. Il tourna sur lui même, cherchant une barre de fer, un meuble quelconque. Rien, à part les voitures... Et vu le peu de rangement qu'il y avait dans ce garage, ce n'était pas la peine d'espérer en déplacer une en roue libre.

Derrière lui, Iva venait de sortir du bureau, un paquet de céréales à la main et un fusil de chasse dans l'autre. La jeune blonde derrière, s'en retournait vers les voitures l'air apeurée.

- Il se passe quoi ? demanda Iva d'une voix sèche.

Stéphane, bien que sur ses gardes quand la jeune femme l'approchait, aimait beaucoup sa voix. Et le fait qu'elle ne parle pas beaucoup la rendait encore plus agréable.

- Je suis pas vraiment sûr, répondit-il sans la quitter des yeux. Je suis arrivé... tout à l'heure...

C'était vrai, il n'étais pas en ville depuis très longtemps, mais tout avait l'air de marcher au ralenti ici.
Il lui raconta brièvement sa rencontre avec les loups, concluant ainsi que ce n'était pas un phénomène de film d'horreur, mais quelque chose qui avait infecté toute la vallée. Au moment où il allait parler de la brume stagnant dans la ruelle, la jeune blonde l'interrompit. Se tournant vers elle, il la vit pointer une arme à feu dans sa direction. Surpris, Stéphane recula d'un pas, la main posé sur son pantalon, a l'endroit où il avait ranger le pistolet qu'il avait trouvé.
Mais la jeune femme ne voulait apparemment pas le pointer ainsi. Elle posa l'arme par terre, et s'éloigna, se blessant la main au passage. Stéphane la laissa reculer de quelques pas, et s'accroupit, saisissant l'arme à feu sans quitter la jeune femme des yeux.
Il baissa finalement les yeux sur l'arme. C'était le même modèle que celui qu'il avait déjà trouvé. Regardant à nouveau la jeune femme, il la remercia.

- Merci euh... vous êtes ? demanda t-il, se rendant compte qu'il ne savait toujours pas qui elle était.

La jeune femme ne répondit pas. Elle faisait des mouvements avec ses mains, la bouche ouverte.

* Muette... c'est bien ma chance... *

Stéphane entendit un claquement de langue près de lui, et vit Iva s'éloigner, posant son fusil contre un mur et plongeant la main dans sa boite de céréales.

- Et bien, merci quand même, répondit Stéphane.

Il toisa l'arme, et finit par la ranger dans une poche de sa veste. Sans dire un mot, il finit par s'éloigner, se dirigeant vers la petite porte au fond, afin de voir sur quoi elle pouvait donner. Il ne savait pas trop comment réagir devant la jeune fille. Elle avait bien la vingtaine, mais elle réagissait comme une enfant, et cela le mettait mal à l'aise, sans compter le fait qu'elle avait frapper Iva un peu plus tôt.

* Bof, passons, c'est déjà du passé tout ça *

Arrivé devant la porte, il posa doucement la main sur la poignée. Le contact avec le métal froid lui fit prendre conscience qu'il aurait du prendre des gants.
Ouvrant lentement la porte, il constata qu'elle donnait sur une ruelle avec, de l'autre coté, des arrières boutiques. Ils étaient tout prêt du centre ville, probablement de l'autre coté de la place principale.
Réfléchissant quelques secondes, la porte ouverte en regardant la neige tomber doucement, il se demanda s'ils devaient tous aller au commissariat directement, ou aller chercher des provisions dans un des magasins du centre-ville ?
Personnellement, il n'avait pas trop faim. Iva était en train de manger, et la muette s'en serait surement plain. Non, le commissariat et la possibilité d'y trouver des armes était la priorité. Ils devaient s'y diriger le plus vite possible. Et puis qui sait, peut être y avait-il encore des policiers vivant, et le commissariat restait un bon endroit pour monter une sorte de "résistance".

Reprenant ses esprits, Stéphane se rendit compte qu'il n'y avait pas de brume de ce coté du bâtiment.

* Elle n'a pas pu se dissiper si vite... *

Repensant à la brume stagnant dans la ruelle, il se demandait ce que c'était réellement. Mais n'y prêta pas plus d'attention.
Se retournant, près à retourner dans le garage en fermant la porte, il entendit un craquement. Le genre de craquement que fait la neige fraiche lorsque quelqu'un marche dessus. Arrêtant son mouvement, il tendit l'oreille. C'était régulier, et ça ne trainait pas. Ce n'était donc pas un mort-vivant. Stéphane passa la tête dehors, cherchant du regard qui était aux alentours. Il ne vit personne, mais le bruit se rapprochait. Probablement venant de la rue d'à coté.

- Hé, y'a quelqu'un ? cria Stéphane.

Il n'y eu plus de bruit. Pas même un souffle de vent. Puis les bruits s'accélérèrent. Ce qui marchait dans la neige s'était mis a courir dans sa direction. Surveillant le coin de la rue, Stéphane était prêt à saluer le nouvel arrivant, mais fut couper dans son mouvement en voyant... un chien. Mais ce chien était bizarre... Stéphane se souvint alors des loups dans la forêt. Le chien était identique, bien que n'ayant pas la même forme. Les yeux rouges, un liquide noir coulant de sa gueule.
Dans un geste rapide, Stéphane referma la porte. Le chien venait de se jeter dans sa direction, et il n'avait pas vraiment envie de se faire dévorer vivant.

* Bordel, les chiens aussi... rien n'a échappé a ce truc donc ? *

Stéphane prit une barre de fer, un pied de biche probablement, et recula de la porte, allant s'appuyer contre le mur du bureaux...

______
armes : couteau, Walter x2, 16 munitions
post suivant : a venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyDim 25 Jan - 23:01

Amour se rendit compte de son erreur et s'écarta prudemment. Elle ne su que dire quand Stéphane lui demanda son prénom, elle tenta donc de miner avec ses mains, en essayant de détacher chaque syllabe avec sa bouche mais visiblement cela n'avait aucune effet. Elle se ravisa quand à l'idée de lui faire un câlin, ayant vu le résultat sur Iva. Dépitée, elle s'éloigna en se disant que décidément elle n'arriverait jamais à entrer en communication.
Elle était cependant heureuse d'avoir contribué à la défense du groupe... Du groupe... Mais quel groupe... Pendant que Stéphane marchait vers el fond du garage, elle se dirigea vers le bureau. Regardant Stéphane du coin de l'oeil, elle eue une idée. Elle chercha de quoi noter dans le bureau. Retournant les papiers, elle finit par trouver un petit morceau de feuille vierge.
Elle entendit Stéphane crier derrière, mais sans paraitre alerter, donc n'y prêta pas attention. A la recherche d'un stylo, elle ouvrit les tiroirs. Une fois en possession d'un crayon bleu, elle inscrivit son prénom sur le morceau de papier. Sortant du bureau, elle vit Stéphane refermer une porte au fond, et reculer en saisissant une barre en fer non loin. S'approchant, elle lui colla le papier sous le nez en mettant le ensuite contre elle, pour lui faire comprendre. Elle retourna ensuite, sans attendre sa réaction, dans el bureau et ouvrit ensuite les placards, à défaut de chanter, il devait bien y avoir de la peinture dans cet endroit. Elle farfouilla partout, près des voitures, dans les meubles, sous les voitures, fuyant avant les haut le cœur, puis sourit en trouvant de la peinture fraiche, elle ouvrit un gros pot et pinça le nez quand l'odeur s'en détacha. Elle se demanda si on pouvait l'utiliser comme arme ou pour indiquer une position vue du ciel et ramena le pot dans le bureau, elle en chercha plusieurs comme ça. Elle ne savait pas si c'était utile, mais après tout, puisque la radio ne marchait pas, sans doute fallait il utiliser d'autres moyens. Elle entendit des bruits à la portes, comme un grattement, bêtement elle se dirigea vers la porte et l'entrouvrit, sursauta en voyant le chien surgir et lui donna des coups de pieds dans le museau même si elle avait horreur de faire ça. Elle referma la porte en vérifiant qu'elle était bien bloquée et en se demandant comment sortir d'ici... Elle qui ne reconnaissait rien... Elle leva le regard en l'air... entreprit de faire de la musique avec ses mains, et s'arrêta brusquement en voyant Iva devant elle, elle n'était visiblement pas contente. Amour se leva et recula de plusieurs pas mais tenta de rester calme. Elle se mordit la lèvre inférieure en se demandant comment elle allait mourir, mangée par un mort vivant ou tué par Iva. Elle rassembla son courage et tenta de transformer sa peur en moteur pour ses cordes vocales. Elle essaya de sortir ses mots, en se concentrant sur le visage froid et dur d'Iva.
Les sons sortir d'abord en sifflotant, puis elle réussit un tout petit et presque inaudible, mais terriblement enfantin:
" On vas ou?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyJeu 5 Fév - 15:35

Post précédent : Garage


Stéphane reprenait lentement son souffle, réfléchissant lentement à tout ce qu'il avait vécu jusqu'ici. Les humains et les animaux semblaient tous touchés par ce mal... Il fallait donc se méfier de tout ce qui était vivant... Mais comment tout ça était arrivé ? Et comment cela se propageait-il ?
Involontairement, il pensait aux vieux films et à certains jeux vidéo contenant des zombies. Une blessure ou le contact avec du sang infecté pouvait le contaminer à son tour... Même s'il n'était pas sur de la véracité de ses théories, il préférait éviter le contact.
Mais ils ne pouvaient pas rester ici. Il n'y avait aucun moyen de survivre ni même de résister.

Brusquement, un papier lui masqua son champ de vision. Devant lui, Stéphane vit la jeune blonde tendant un papier vers son visage.

* Amour... elle est amoureuse de moi ou quoi ? *

La jeune femme plaça le papier contre elle. Elle cherchait à lui faire comprendre quelque chose.

* Son nom ? *

Mais il n'eut pas le temps de vérifier, la jeune femme était déjà repartit fouiller dans le garage. Iva quand à elle avait disparut de son champ de vision. Peu importe, pour le moment il devait trouver quelque chose pour sortir et atteindre le commissariat. Une fois la bas, il pourrait probablement laisser les filles aux mains des policiers, et repartir vers sa maison.

* Est-ce une bonne idée au moins ? *

Il se demandait l'intérêt qu'il aurait à retourner chez lui... Dans le meilleur des cas, la maison serait vide, ses parents ayant probablement prit la fuite... Dans le pire... Il n'osait y penser. Et puis il commençait à ne plus vraiment vouloir savoir ce qu'il était arrivé à sa famille.

* Bon, allons au commissariat. Là bas il devrait y avoir des policiers, ils auront organisé quelque chose... Ou sinon le bâtiment sera vide et on pourra récupérer de quoi se défendre. *

Il pensait aller ensuite vers le centre commercial, histoire de récupérer de quoi survivre... Et ensuite...

* Ensuite quoi ? Apparemment la route nationale est bloqué par l'avalanche, et les autres routes passent par la forêt... Faire de l'escalade pour traverser les montagnes ? Non c'est le meilleur moyen de se tuer... *

Il commençait à avoir mal au crâne à force de réfléchir. Il n'avait pas de réel but, a part récupérer des armes et de quoi survivre...

Il n'était même pas encore midi, mais déjà il avait l'impression que la journée serait longue.
Se redressant, Stéphane marcha en direction des véhicules, réfléchissant à un bon moyen de sortir sans prendre de risque. Un humain c'était lent... un chien, apparemment, c'était tout le contraire. Et puis il y avait surement d'autres créatures.
Posant inconsciemment la main contre son pantalon, il sentit un de ses pistolets. Le sortant lentement de sa poche, il l'examina, cherchant une position efficace pour pouvoir enlever la sécurité rapidement... C'était quelque chose qui l'avait toujours intrigué mais qui n'était pas sur les armes d'airsoft qu'il avait déjà utilisé...
L'arme à la main, il retourna vers la porte du fond. Iva se tenait près de la porte en regardant la jeune blonde, Amour, qui semblait avoir eu une frousse incroyable.

* Elles ont ouvert la porte ? *

Trop perdu dans ses pensées, il n'avait même pas fait attention à ce qu'il s'était passé dans la pièce.
A son approche, Iva se mit à le dévisager, descendant lentement son regard pour s'arrêter sur son arme. Stéphane lui rendit le regard, fixant ses yeux, avant de s'avancer devant la porte.

- Bon, il va falloir qu'on bouge. Il faut qu'on aille vers le commissariat, et c'est pas la porte à côté... Et puis on ne sera sûrement pas seul.

Stéphane mit la main sur la poignée de la porte, prêt à l'ouvrir.

- On évite de perdre du temps, on fonce et on évite de se frotter aux créatures. Si on devait se séparer, on se retrouve dans le commissariat. D'accord ?

Et sans attendre de réponse, Stéphane ouvrit la porte en grand et se jeta dehors, surveillant qu'aucun animal n'était dans la ruelle...

Post suivant : Rue derrière le garage


Dernière édition par Stéphane le Dim 8 Fév - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 29
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage EmptyVen 6 Fév - 17:47

Sa restauration assise fut rapide. La blonde pointa le bout de son nez dans le bureau. Désirant reprendre ses forces le plus seule possible, mais surtout loin de cette énergumène, Iva se leva et quitta le bureau. Il était surprenant qu'après lui avoir fait une blessure, elle ne soit toujours pas tuée... finalement, peut-être avait-elle plus de contrôle sur "lui" qu'elle ne le pensait ? Il ne fallait pas s'estimer trop heureuse, "il" resterait toujours imprévisible.

Un bruit se fit entendre mais elle n'y prêta pas attention, enfonçant sa main dans la boite pour y saisir une nouvelle poignée de céréales. Maigre repas, mais toujours plus agréable que la sale compote de l'hôpital. Puis, elle se dirigea vers "Stéphane". Au final elle décida de lui demander, brièvement :

"- Il se passe quoi ?"

Après tout, les créatures ne sortaient pas d'un film. Leur sang et leur odeur étaient véritables, s'il s'était agi d'effets spéciaux, Iva en aurait été avertie. L'odeur du sang ne ment jamais. "Stéphane" lui expliqua qu'il avait rencontré des loups. Ainsi, même les animaux avaient vu leur sang souillé ? Quelle perte d'intérêt... puis la blonde s'approcha, immédiatement Iva raidit son corps, d'autant plus qu'elle tenait une arme vers le jeune homme. Dans l'absolu, la perte de "Stéphane" n'était pas un problème mais si elle commençait à tirer sans crier gare, Iva n'était pas sûre d'en sortir sans perdre de sang. Une fois de plus. La blonde posa en fait l'arme à terre et s'éloigna. Iva observa la scène, ne relâchant pas la tension de son organisme.

"Stéphane" prit l'arme et entama la discussion avec la blonde. Iva n'en avait alors que faire et jugea le danger écarté. Elle n'y prêta aucune attention. Elle tourna les talons et reprit son repas, assise sur le capot d'une voiture. Le jeune homme se dirigea vers une porte dans le fond et l'ouvrit. Elle y jeta un bref coup d'oeil. Elle prit le temps de considérer la situation : la ville et les gens avaient changé. Quelle plaie. On ne pouvait pas dire qu'elle était déçue mais un retour calme et ordonné aurait été appréciable. Maintenant qu'elle avait enfin quitté le bruit et l'odeur infecte de l'hôpital, elle s'était imaginé couler des journées simples dans sa maison d'enfance, à manger de la nourriture simple et à vivre des choses simples. Actuellement, rien n'était simple. D'après "Stéphane", les créatures au sang souillé étaient des morts. Une chose retint son attention : qu'est-ce qui les animait ? Il y avait ici plusieurs cadavres bel et bien morts, autrement dit sans activité cardiaque. Comment les autres "morts" pouvaient-il bouger ? Et surtout... pourquoi leur sang était-il devenu aussi répugnant ?

Alors qu'elle se perdait en pensées, retrouvant durant quelques instants un visage relativement doux, le jeune homme s'agita brusquement près de la porte. Quelque chose venait d'attaquer. Jetant sa boite de céréales, elle tendit une nouvelle fois son organisme. Le jeune homme revint vers le centre de la pièce. Concentrée sur le danger provenant de la porte, elle saisit son arme... et se sentie parfaitement idiote, puisque ladite arme était vide. Pourtant son poids indiquait bien qu'il restait des balles à l'intérieur, il serait enraillé ? Quelle plaie. Elle observa la porte qui tenait bon, puis se dirigea à nouveau vers le bureau pour y trouver des cartouches. Iva chercha dans chaque tiroir, chaque placard, par-terre, mais rien. Les hommes d'ici ne devaient pas avoir pour habitude d'utiliser leurs armes, le manque de cartouches en était une preuve que la jeune fille trouvait déplorable. Prêtant l'oreille, elle n'entendit plus de bruit, la chose qui avait attaqué devait être partie. Elle ralentit donc ses mouvements. Finalement, elle ne trouva rien et se mit en tête de trafiquer l'arme pour la remettre en état.

Le système était simple, Iva ne mit pas longtemps à réparer son arme. Le seul problème résidait dans la poussière qu'elle contenait ; depuis combien de temps n'avait-il pas été touché, ce fusil ? Tout à coup, un grand bruit provenant de la porte se fit entendre. Tournant les talons d'un mouvement vif, elle sortit du bureau, prête à tirer. Elle se mit en position mais la blonde souffla sur son désir de tirer : elle était en plein dans sa ligne de mire et se débattait contre une créature canine aux allures féroces. Ce n'était même pas la peine de songer à viser le chien, la blonde bougeait trop irrégulièrement pour ça. Baissant son arme, Iva s'avança vers la porte alors que l'autre ahurie la fermait. Cette fille était décidément bonne à rien. Elle lui lança un regard froid, la toisant de haut. Iva s'était toujours dit que les éléments inutiles devaient être éliminés afin de ne pas plomber les autres, mais l'idée même de dépenser une balle pour une créature aussi pathétique la rendait elle-même pathétique.

"Stéphane" les rejoint, une arme à la main. La jeune fille l'identifia de suite, déposant un regard méfiant dessus. Si elle avait appris une chose en ces quelques minutes mouvementées depuis son retour, c'est qu'elle ne devait en aucun cas relâcher son organisme. Il arrivait toujours quelque chose et, plus fatiguant que de garder ses muscles tendus à longueur de temps, c'était de les décontracter pour les recontracter violemment ensuite. Elle écouta ce que "Stéphane" avait à dire ; aller au commissariat pour y trouver des armes était une bonne idée, mais y rencontrer des gens en était une autre, bien plus mauvaise. Elle suivit cependant le jeune homme dehors, pointant son arme devant elle, prête à tirer au moindre mouvement non humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Contenu sponsorisé




Garage Empty
MessageSujet: Re: Garage   Garage Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Garage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chandails ligue de garage :)
» [GARAGE] Coccinelle ou coccinelle, telle est la question. [LIBRE]
» garage automobile et motoculture
» Description des lieux.
» [Pv Eden] Rendez-vous au garage à 19h ne sois pas en retard !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Dark Cold - :: Role Play - Rapentriac :: Centre-ville-
Sauter vers: