Bienvenue à tous dans la petite ville de Rapentriac. Son lac gelé, ses rues enneigées, ses marres de sang et ses habitants plus morts que vivants !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rue derrière le garage -> Rues Est

Aller en bas 
AuteurMessage
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Rue derrière le garage -> Rues Est   Dim 8 Fév - 0:40

Post précédent : Garage

La neige tombait toujours. Doucement, glissant jusqu'au sol déjà enneigé, et vierge de toutes traces. Stéphane courrait, ses pieds s'enfonçant dans la couche de neige épaisse, prenant garde à ne pas glisser. Pour le moment, rien n'était visible mais il n'avait pas envie de prendre le temps d'en être bien sûr. Derrière lui, il entendait des pas s'enfoncer dans la neige, au même rythme que lui. Les filles devaient le suivre, mais il n'avait pas le temps de vérifier, tout son attention était fixé sur la route devant lui à travers les ruelles, et sur les côtés... Il tenait son arme de la main droite, et son pouce était posé sur la sécurité, près à l'enlever dès que nécessaire.

Tournant à sa gauche, suivant la ruelle, il continua à courir jusqu'à arriver à une nouvelle bifurcation, qui l'emmena dans une rue plus large. Il était à l'est de la ville, et il voyait le haut des immeubles par dessus les bâtiments devant lui.
Mais son objectif était au sud. Il se tourna, continuant de courir, mais il s'arrêta net, ce qui le fit glisser sur la neige. Se rattrapant de justesse, un genoux à terre et une main enfoncée dans la neige, il regardait devant lui le petit groupe de morts-vivants.
Ce n'était pas ce dernier qui l'avait fait stopper net, ils n'étaient pas bien nombreux et il était tout à fait capable de les éviter, et les filles aussi sûrement. Non, c'était surtout les 3 chiens qui étaient en train de dévorer quelque chose à terre un peu plus loin, tandis qu'un autre venait de se jeter sur un des zombies, lui arrachant un large morceau de sa gorge. Du sang noir s'écoulait lentement sur la neige, tandis que le zombie tentait vainement de ramper en direction des êtres plus vivant qu'il venait de voir arriver.
Stéphane se releva lentement, enlevant la sécurité de son pistolet. Derrière lui, il entendit les pas pressés des filles, du moins il espérait que ce n'était pas autres choses, et il tendit la main en arrière, faisant signe de ne pas faire de gestes brusques.

Les chiens ne les avaient pas encore vus, Stéphane en profitant donc pour regarder autour de lui afin de trouver une échappatoire. En face de la ruelle d'où il venait, une rue menait à travers quelques habitations. A sa droite, de l'autre côté de la rue, une autre rue était visible, mais un peu plus loin. Et à sa gauche, loin derrière les créatures, la rue descendait en direction d'autres bâtiments, et se rapprochant du commissariat.
Mais pour le moment, il devait trouver un moyen de contourner les animaux...

Post suivant : Rues est


Dernière édition par Stéphane le Mar 17 Fév - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 28
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Jeu 12 Fév - 20:20

"Stéphane" semblait sûr de la direction à prendre ; de toute évidence il s'agissait de quelqu'un de dégourdi et désireux de vivre. Iva le considéra un peu mieux, elle accepta donc de le suivre à travers les rues enneigées de la ville dont elle ne reconnaissait rien, de toute façon. Elle n'était pas effrayée, non, mais ne pas comprendre ce qui arrivait poussait ses nerfs à bout. Si elle avait appris une chose à l'hôpital, c'était que l'on ne pouvait pas guérir d'une plaie inconnue. Pour la traiter comme il se devait, déduire et confirmer l'origine était prioritaire, ainsi un traitement pouvait être donné. Dans le cas présent, Iva ne connaissait pas l'origine de ces créatures mortes mais mobiles. "Stéphane" ne devait pas le savoir non plus, sinon il l'aurait expliqué. Elle sentait l'ignorance en lui, s'il avait eu ne serait-ce qu'une petite information à fournir, elle l'aurait fait parler. C'était pour ainsi dire, le noir total sur la situation.

Le jeune homme courait à travers les rues, allant on ne sait où, quand soudain, il s'arrêta et fit signe d'être discret. Iva voulut tendre son organisme mais elle réalisa, dans une vive douleur au diaphragme, que c'était déjà chose faite. Elle jura de ne plus jamais se surprendre ainsi. Elle ne savait pourquoi, une certaine distraction s'était emparée d'elle depuis son retour dans la ville, et à vrai dire, à partir du moment-même où elle était descendue de voiture. Le plaisir de rentrer à la maison ? Sûrement pas, Iva voulait être partout sauf ici. Ou à l'hôpital.

Elle leva les yeux du jeune homme pour découvrir, un peu plus loin, un groupe de créatures se débattant contre des chiens apparemment enragés. Quatre en tout. En y regardant bien, Iva put déceler quelque chose d'inhabituel chez eux ; le même liquide noir sortait de leurs gueules et ils semblaient se complaire à dévorer les humains mi-morts, mi-vivants. La jeune fille ne perdit pas une seconde pour classer ces canidés parmi ses ennemis. Elle évalua les choses : son fusil était réparé et chargé, mais probablement pas suffisamment pour tuer ces bêtes, et son couteau ne suffirait vraiment pas. Elle n'imaginait même pas un combat à mains nues. Elle observa donc les lieux ; plusieurs échappatoires étaient accessibles, plus ou moins facilement. Si quelque chose pouvait attirer l'attention des chiens, ne serait-ce que quelques secondes, ils pourraient passer et s'enfuir.

Iva se rendit soudain compte qu'elle pensait pour la survie de plusieurs autres personnes que la sienne. Qu'arrivait-il ? Il ne lui avait jamais semblé nécessaire de porter secours à qui que ce soit, pourquoi, à présent, se retrouvait-elle affublée d'une empotée et d'un meneur ? Elle n'avait besoin de personne, et ne voulait aider personne. Elle jeta de brefs coups d'oeil à l'état des autres humains ; la blonde semblait complètement perdue, inapte à penser correctement, mais "Stéphane" avait déjà fait ses preuves quant à la riposte. S'en débarrasser ne serait pas chose facile, il semblait plus ouvert à la discussion. Et plus préoccupé par la survie de la blonde qu'Iva ne pouvait l'être. Parfait, ils se débrouilleraient donc tous les deux. Elle ne jugea pas nécessaire de les tuer.

Doucement, Iva tourna les talons, délaissant derrière elle la blonde et le jeune homme. Ce dernier se retourna et lui demanda ce qu'elle comptait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 30
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Lun 16 Fév - 22:18

Amour avait suivit Iva en dehors du garage, elle ne su pas vraiment pourquoi, sans duote était-ce la survie...
Elle marchait avec peine, sans savoir pourquoi... Cette grande silhouette qu'était Iva marchait d'un pas assuré... Elle frissona, inutile de se poser des quetsions pour le momment... Seule la survie importait... C'était difficile de marcher dans la neige pourtant rien ne la gênait, rien... Vraimennt rien... Tout allait bien, merveilleusement bien...
Iva s'arrêta. Elle scrutait l'horizon... Non, des machins qui bougaieant au fond là bas... Ha.. tiens... Des chiens... Qui mangaient le cou des morts vivants... Mh, rien d'etonnant...
Elle reporta son regard sur Iva... Puis vit stéphane, le cran d'arrêt du pistolet retiré... Elle n'aimait que les armes blanches... Quel dommage...

Elle attendit... L'air hébété mais le regard sur... Il cherchait une issue.
Amour regarda les alentours... Elle ne savait pas ou menaient ces rues... non, tout oublier, elle secoua la tête comme si elle avait de la neige dont elle voulait se débarasser. La bas au loin, les chiens les regardaient...
Iva fit demis-tour au grand etonnement d'Amour... Qui l'attrapa par le bras au passage, la bouche ouverte, le regard interrogateur. les chiens avaient sentis un changement, peut-être que le regard assassin d'Iva sur Amour dégagait enormément de colère... Elle ne le su pas, car elle ne sentait pas vraiment cette colère sur le moment.
Elle accepta la réalité, ou ne l'accepta pas... Toujours était il qu'elle ne prit plus la peine de faire figurer le masque... Sa bouche se ferma, son regard devint presque mi-vide mi-noir et elle lâcha le bras d'Iva en la fixant intenssément quelques fractions de secondes.
Ainsi donc... Cette espece de grand chose froide la méprisait. Soit... Amour avait l'habitude après tout... Elle secoua la tête pour chasser cette idée, garda un moment les yeux clos et fixa les chiens du regard.
Elle serait beaucoup mieux là bas, avec ses vrais pairs. Avec cette chair moisie, et puis ces pauvres bêtes lui faisaient pitiée... Elle se sentirait beaucoup mieux après avoir été en contact avec elles.
Tout s'était très bien passé, il était temps de reprendre la liberté. En pensant cela, elle fixait les chiens et les corps en avançant vers eux, elle s'arrêta à coté de Stéphane, un moment de lucidité lui revint quand elle se demanda si il allait tuer ces chiens... La survie n'importait plus, non... Elle se balançait sur ses pieds comme si elle perdait l'equilibre en même teps que la raison. Elle n'éprouvait que compassion... Puis s'en alla en courant vers les chiens, comme une flèche, sans regarder en arrière l'homme qui allait tirer, ni cette femme froide qui ne l'aimait pas. Amour était persuadée qu'elle se sentirait liberé. Elle ralentit le pas lorsqu'elle arriva à hauteur des chiens et tendis sa main devant elle, elle ne pensait à rien, tentait de ressentir tout. Elle se sentit transparente, peut-être qu'elle n'éprouvait aucune animosité, les chiens ne la touchèrent pas durant un labs de temps qui lui sembla si infini qu'elle s'assit par terre, dans la neige, faisant face à Stéphane et Iva. Son regard vide évitait de croiser les leurs, sachant à quel point ils allaient la reveiller, tout était très bien comme ça, la chaleur commençait à revenir et elle n'u pas le temps de sentir les coups de crocs... Elle attrappa la gorge d'un des chiens et la serra très fort en enfonçant ses ongles dedans. Son regard emprunt de pitié et de chagrin se mélait à sa main sauvage qui venait faire gicler les premieres gouttes de sang noir sur son beau visage balafré... Comme c'était jouissif... Son regard s'accentua vers la compassion... Sa deuxième main venant succéder à la premiere, comme indépendante de son etat pshychique.
ce coprs meurtrie était si beau, à moitié déchiré, tout succulent de bave... Tombant sous ses yeux apaisés... Il fallait en faire d'uatres comme ça, c'était si agréable de....
Un conflit intérieur?
Sa main trembla, elle ne tuait pas, non, elle prenait pitié... Elle prenait...
"Pitiéééééééé"
Son regard devint noir, et un sourire s'élargit sur son visage taché, elle prit plus de plaisir encore, à tuer, et ce mot ne faisait plus peur.... Tuer.
Elle se retint de mordre mais l'envie la faisait baver ouvertement.
Quand elle chercha un corps en vie autour d'elle, il n'y avait que des morts...
"Ho noooon", dit elle dans un profond soupir innocent.
Je l'ai ai tous tués... Un sourire se dessina... Je l'ai ai tous enlacés... Son regard s'apaisa... Morts, pour l'eternité... Elle ferma les yeux, heureuse et apaisée, agenouillé dans la neige, tournant le dos à Stéphane et Iva, elle n'entendit pas leur paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Mar 17 Fév - 14:18

post précédent : Rues est


Détournant le regard des animaux toujours occupés à dévorer leur proies, Stéphane se rendit compte qu'Iva tournait les talons, partant en sens inverse.

- Hé ! souffla Stéphane, suffisamment fort pour qu'Iva l'entende. Qu'est-ce que tu fais ? Tu crois que c'est le meilleur moment pour s'en aller vadrouiller dans les rues ?

Iva s'arrêta, sans rien dire, sans se retourner. Stéphane jeta un œil rapide en direction des chiens, qui ne les avaient toujours pas remarqué.

- Si tu veux te débrouiller seule, libre à toi, mais essai au moins d'avoir de quoi te défendre. Ton fusil a pas un chargeur illimité, et y'a pas meilleur endroit que le commissariat pour avoir de quoi tenir.

Stéphane n'avait aucune idée de si son argument lui avait suffit, car Iva ne bougeait toujours pas. Mais il ne pouvait pas la laisser partir seule alors que des chiens morts-vivants erraient dans les environs.
L'atmosphère se faisait pesante. Stéphane examina les chiens pendant quelques minutes, puis se tourna à nouveau vers Iva... Les chiens non loin, Iva qui ne bougeait pas, et Amour...

* Merde, où est-elle ? *

Stéphane ne s'était pas rendu compte qu'elle avait disparut. Il la chercha du regard, pivotant sur lui même, avant de la voir prêt des chiens, assise par terre, souriant dans la neige, le regard dans le vague.

- Amour !! Qu'est-ce que tu fous ? cria Stéphane.

Mais la jeune fille ne se releva pas. Déjà, l'animal le plus proche marchait dans sa direction en grognant. Levant son arme, Stéphane essaya de viser correctement. Mais le froid lui engourdissait les mains et il avait peur de ne pas pouvoir appuyer sur la gâchette à temps. Mais il n'eut pas à le faire. La jeune femme avait rapidement saisit le chien par la gorge et s'était mis à l'étrangler, lui arrachant sa chair putréfiée et laissant le sang noirâtre s'écouler dans la neige.
Le jeune homme ne savait plus comment réagir. La jeune femme inconsciente, agissant comme une enfant jusqu'à maintenant, venait d'étrangler à mains nues un chien enragé...

Derrière, les trois autres chiens ayant été interrompus dans leur festin, se dirigeaient déjà vers Amour, sans se pressé, montrant les crocs. La jeune femme semblait ne pas s'être rendu compte du nouveau danger, et Stéphane doutait qu'elle puisse s'occuper de trois autres animaux de la même façon... Déjà un, c'était un véritable exploit, de la chance... mais trois en même temps...
Son arme braquée en direction des chiens, il fit feu, touchant le plus proche dans la poitrine, ce qui le fit sursauter en arrière. Stéphane s'avança rapidement, tentant de lutter contre le froid qui lui pétrifiait les doigts, et tira à nouveau dans le corps du chien le plus proche de Amour. La balle vint se loger à côté de son œil gauche, lui arrachant la peau et les os, et probablement une partie de son cerveau aussi à en voir ce qui dégoulinait le long de sa gueule. Le chien s'écroula par terre, mais les deux autres s'étaient aussi rapprochés. L'un d'eux regardait Stéphane d'un air menaçant, tandis que l'autre continuait d'avancer vers la jeune blonde, toujours inconsciente du danger s'approchant d'elle. Ouvrant à nouveau le feu, Stéphane vit avec dégout que la balle avait arraché la chair et les muscles du chien face à lui, laissant apparaitre les côtes de l'animal. Ses coups de feu semblaient arracher la chair des monstres aussi facilement que du beurre, et cela même avec un petit calibre.
Tirant encore, Stéphane se jeta sur le côté pour éviter que l'animal ne lui saute au visage. Il s'écrasa un peu plus loin, 3 balles dans le corps, mais toujours vivant.
Préférant ignorer cet animal pour le moment, Stéphane tira vers celui qui était à la limite de sauter sur Amour, lui plaçant une balle profondément dans la poitrine. L'animal gémit, sursauta et grogna en regardant le jeune homme.
Stéphane tira encore une fois, essayant de viser du mieux qu'il pouvait, et réussit à placer la balle dans le crâne de l'animal qui s'écroula aussi sec. Soulagé, il eut juste le temps de se retourner pour voir le chien qu'il avait laisser se jeter su lui, gueule grande ouverte sur des crocs noircit par le sang des morts-vivants qu'il avait dévoré il y a quelques secondes.

L'animal s'agitait frénétiquement, cherchant à le morde. Du sang s'écoulait sur le pantalon de Stéphane, s'échappant des plaies qu'il lui avait infligé. Stéphane repoussa le chien d'un coup de pied et se retourna, cherchant son arme du regard. Il la trouva, un mètre plus loin, recouverte de quelques flocons. Il la saisit et fit feu sur le chien, vidant son chargeur en direction de son visage et de son cou. La créature finit par s'écrouler, s'agitant dans une marre de sang noir. Stéphane se mit à genoux, et se releva tout aussi vite en sentant le froid de la neige l'engourdir...

Post suivant : Rues est


Dernière édition par Stéphane le Sam 18 Avr - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 28
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Mer 25 Fév - 20:31

Elle s'était attendue à ce qu'on la retienne, mais elle n'y aura pas songé physiquement. Quand la blonde lui empoigna le bras, elle se sentie capable de la trancher en deux sans aucune amertume. Mais souiller son arme blanche d'un sang si impur serait bien trop dommage ; elle se contenta donc de lui envoyer un regard qui en disait long. Aussitôt après, la fille la relâcha. Les paroles de "Stéphane" lui parurent bien plus sensées que ce geste inutile. Soit, ses armes n'étaient pas éternelles. Elle se rendrait où en trouver des nouvelles, mais seule. Elle observa le paysage auquel elle tournait le dos quelques minutes avant ça ; des rues, essentiellement des rues. Et le garage. C'est étrange, elle ne se souvenait pas d'où se trouvait le commissariat. Il fallait dire que rares avaient été les occasions pour elle de s'y retrouver. La seule et unique fois, en fait, ce fut pour...

Iva baissa les yeux, soudainement songeuse. Tout lui parut alors comme secondaire. Il n'y avait plus de bruit, plus de froid. Juste cette petite silhouette au loin qui se tenait tranquille, les pieds nus dans la neige, une peluche dans les bras. Fixant cette silhouette, Iva la reconnut. Elle tendit la main vers elle quand une ombre trouble, floue, se mit à bouger dans son champ de vision.

Le corps d'Iva fut plus rapide qu'elle et alors qu'elle sortait de ses pensées, elle s'était agenouillée au sol et avait tiré une balle de son fusil dans un animal. Un chien, du même acabit que les autres. Une petite poignée d'autres animaux enragés sortirent de nulle part, se dirigeant dangereusement vers elle. Bien réveillée, l'organisme surtendu, Iva évalua la situation. Marchant en arrière, elle rejoint "Stéphane" ; la blonde avait disparu. N'ayant pas le temps de s'en préoccuper, Iva estima son nombre de balles restante à six. Tournant la tête elle aperçu d'autres chiens, à terre. Morts ? Apparemment. "Stéphane" semblait avoir été attaqué directement par une des créatures, ses vêtements étaient maculés de cette mixture noire et épaisse dégoulinant du corps des êtres enragés.

D'un "hey" sans conviction, elle fit savoir au jeune homme que d'autres animaux arrivaient dans leur direction. Se préparant à tirer, Iva visa la tête d'un chien ; cette dernière explosa dans un bruit sourd et le corps inerte de la créature tomba à terre. Les films disaient vrai pour une chose : s'il s'agissait là d'êtres morts ramenés à la vie, anéantir le système nerveux provenant du cerveau anéantissait les fonctions motrices de la chose. La faisant ainsi mourir une seconde fois. Elle tira encore, soigneusement, tentant de toucher deux chiens d'une même balle mais c'était tâche impossible. L'aide de "Stéphane" ne fut pas de refus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Sam 18 Avr - 18:29

post précédent : Rues est


- Hey !

Derrière lui, Stéphane vit Iva lui faire signe. D'autres animaux se regroupaient autour d'eux. Deux chiens étaient déjà en train de s'avancer rapidement dans leur direction et Iva n'arrivait apparemment pas à les toucher. Il fit feu en tendant le bras pour faire reculer la jeune femme. Les chiens sautaient de côté mais pas assez vite pour éviter toutes les balles. L'un d'eux vit ses jambes exploser en lambeaux et s'écrasa au sol, tandis que le deuxième se jetait sur le coté pour tenter de prendre ses proies par le flanc.

- Bordel, où est passé Amour ? demanda Stéphane en la cherchant rapidement du regard.

Elle était sortie de son champ de vision et il n'avait pas le temps de la chercher plus en détails. Il devait à tout prix s'éloigner des animaux qui se regroupaient dans la rue.

- Iva ! cria t-il.

La jeune femme venait d'abattre un animal non loin, aussi froidement que d'habitude, et tourna légèrement la tête dans sa direction.

- Il faut qu'on retrouve Amour et qu'on se retrouve au commissariat. Tu penses pouvoir y aller seule ?

Iva ne réagit pas, mais Stéphane ne doutait pas de sa capacité à survivre au moins jusqu'au commissariat.

- Tu n'as qu'a continuer jusqu'au bout de cette rue et tu prend à droite, tu devrais voir le commissariat de là.

Sur ces mots, Stéphane tira sur un des chiens derrière eux et se mit à courir en cherchant du regard la jeune blonde qui avait disparut.

* Pourvu qu'elle ne soit pas allé se fourrer dans une ruelle, j'ai vraiment pas envie de me faire bouffer par ça... *

Il avançait, tandis que derrière lui les coups de feu venaient de s'interrompre. Iva venait probablement de s'éloigner vers le sud. Continuant vers l'Ouest, Stéphane finit par voir des traces de pas, et espéra que c'étaient celles d'Amour. Il les suivit, serrant son pistolet dans sa main...

post suivant : Rues est


Dernière édition par Stéphane le Mar 21 Avr - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 30
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Sam 18 Avr - 23:41

Amour avait très froid. Elle claquait des dents aussi bien pour la peur mais ses membres s'engourdissaient et la peur effritait sa vision. Elle voyait blanc, non pas par la neige mais blanc partout, tout était flou, tout était sans son, un épais voile se recouvrait autour d'elle tandis qu'elle cherchait sans vraiment chercher son chemin. Et ou aller d'ailleurs?...
*J'ai froid, j'ai peur, je suis ou?*
Lorsqu'elle entendait un bruit elle reculait mais ne voyait plus rien. Elle sanglota, partagée entre le désir de se recroqueviller dans la neige pour se laisser mourir et appeler à l'aide en risquant d'ameuter les autres bestioles aux alentours.
Elle fini par opter pour la survie, l'instinct agissait, Amour se pétrifiait, elle lança de timides appels à l'aide tremblant. Elle était agenouillée sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva Landson

Iva Landson

Nombre de messages : 32
Age : 28
Localisation : entre la vie et la mort
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Lun 20 Avr - 0:19

Qu'on retrouve "Amour" ? C'était donc le nom de la stupide blonde qui les suivait et qui ne servait à rien ? Iva préféra ignorer cette partie-là des paroles de "Stéphane", tout ce qu'elle retint fut la route pour aller au commissariat. Elle n'attendit rien de plus pour s'éloigner.

Elle enjamba les cadavres explosés des chiens, surveillant bien qu'aucun d'entre eux ne bouge une nouvelle fois. Il ne lui restait plus que deux balles dans son chargeur, c'était bien trop peu. Fort heureusement, la route semblait dégagée. Par méfiance, elle avançait son pistolet droit devant elle, relâchant parfois cette position pour courir. Elle arriva au tournant qui menait au commissariat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huan-g-othic.bloxode.com/
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Mar 21 Avr - 23:24

post précédent : Rues est


Les traces le menait dans une rue un peu plus petite, à l'ouest de là où il était quelques secondes auparavant. Mais il ne voyait aucun signe de la jeune femme, et continuait de regarder aux alentours. Le silence s'était à nouveau fait dans la ville, comme si jamais rien n'avait perturbé le calme plat de la vallée...

* Un bruit ! *

Quelque chose venait de se faire entendre. Un frottement, ou un bruit de pas... Malgré l'écho, Stéphane avait l'impression que cela venait de sa droite. Il s'avança jusqu'à l'entrée d'une petite ruelle, semblable à celle qu'il avait traversé pour venir dans la vieille ville.
Se rappelant ce qu'il était arrivé à ce moment là, il ne chercha pas à pénétrer plus loin, mais cela suffit amplement pour voir ce qui provoquait le bruit. Deux mètres devant lui se tenait une personne, une jeune femme apparemment. Ce n'était pas Amour, mais elle avait la même silhouette. La jeune fille devant lui était vêtu d'une veste polaire blanche, et il put voir des collants en dessous, avec des lignes blanches et noires, comme les vieux pyjama de prisonnier dans les anciennes séries télé.



- Hé !! dit-il, suffisamment fort pour que la jeune femme l'entende.

Cette dernière se retourna, étonnée, et le fixa. Elle avait de long cheveux blanc comme la neige, coiffés un peu comme ceux d'Amour. Elle portait sur le nez des lunettes de soleil, mais elles étaient suffisamment baissées pour que Stéphane puisse voir les yeux de la fille. Ils étaient rougeâtres. Bien qu'étonné, Stéphane ne chercha pas à en savoir plus, la couleur de ses cheveux et ses yeux suffisaient à lui répondre.

- Qui êtes-vous ? demanda t-il, et que faites-vous ici ?

La jeune femme ne bougea pas, mais jeta son regard partout autour d'elle, avant de les poser à nouveau sur Stéphane. Ce dernier la dévisageait en attendant une réponse.

- Je vais chercher un refuge, et vous feriez mieux de faire pareil, répondit-elle en remontant ses lunettes de soleil, tandis que le ciel s'assombrissait un peu.

- Je vais au commissariat tenter de trouver de l'aide. On est déjà quelques uns à y aller, venez avec nous ! dit-il en s'avançant d'un pas.

- Non, pas le commissariat...

Elle recula d'un pas à son tour.

- Vous ne devriez pas rester ici vous non plus, allez vous cacher, dit-elle en regardant à nouveau tout autour.

- Qu'est-ce qui vous fait si peur ? demanda Stéphane, intrigué.

- Pardon ? dit-elle avec dédain. Vous n'êtes pas au courant de ce qu'il se passe ici ? L'idée de me faire dévorer n'est pas vraiment a mon gout, sans jeux de mots.

- Oui, désolé...

- Je dois vous laisser, le temps deviens trop sombre pour trainer dans les rues.

- Comment ça ?

La jeune femme se retourna et commença à marcher rapidement.

- Vous n'avez qu'a rejoindre celle qui reste dans son coin, mourir seul n'est jamais agréable, dit-elle en s'éloignant.

- Pardon ? Vous avez vu une jeune fille ? Où est-elle ?

- Dans la rue à coté, répondit-elle en balançant maladroitement son bras en arrière, avant de tourner à un angle et disparaitre de la vue de Stéphane.

Sans même réfléchir, Stéphane recula et avança jusqu'à atteindre la rue voisine. Il vit Amour, agenouillée par terre, les larmes aux yeux, la bouche entre-ouverte. A sa vue, une lueur brilla dans ses yeux. Stéphane s'agenouilla à son tour et l'attrapa par la taille.

- Content de te revoir, mais évite de t'éloigner à l'avenir... Désolé de ne pas faire la discutions, mais il est urgent qu'on s'en aille !

Les paroles de la jeune femme aux cheveux blancs l'avait mis en alerte.
Il se releva, aidant Amour à se lever à son tour en la tenant par la taille, et marcha, sortant de la ruelle. Il savait qu'en continuant quelques mètres devant, ils arriveraient à une nouvelle intersection qui les mènerait tout droit vers le commissariat s'ils prenaient vers le sud... En espérant que rien ne les empêche d'y aller...

post suivant : Rues est


Dernière édition par Stéphane le Jeu 30 Avr - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Amour

Amour

Nombre de messages : 14
Age : 30
Localisation : Dans sa mélancolie
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Dim 26 Avr - 23:55

Amour continuais d'appeller à l'aide dans l'espoir que quelqu'un entende sa toute petite voix. Elle se mis à trembler quand elle entendit un bruit au loin, elle ne voyait toujours rien. Elle se concentra sur la silhouette, c'était un vrai humain! Son regard s'illumina, elle reconnue la voix de Stéphane et sursauta quand il la pris par la taille. Elle leva péniblement ses jambes enkilosée puis se força à avancer avec lui.
Elle jettait des regards dans tous les coins à mesure que sa vue revenait peu à peu. Au bout de quelques mètres s'ouvrit une intersection, Amour épréhendait, instinct féminin?... Il n'y avait rien, comme toujours le vent siflait à peine, le sol semblait desert, limpide, aucun bruit, aucun mouvement... Ils avancèrent silencieusement. Et elle était ou la femme dangereuse... Elle pourrait faire peur aux morts vivants... Elle émis un petit rire aigue et rougit quand elle s'apperçue qu'elle avait sorti un son, elle mis la main devant sa bouche, effrayée... Ils stopèrent leur marche. Stéphane l'avait regardé mais elle avait tellement honte et peur d'avoir signalé leur présence qu'elle vit à peine son air étonné.
A cet instant le chemin menait tout droit au commiseriat. Amour fixa le lointain. Il était visible, mais tout petit. Elle avait comprit à mesure qu'ils marchaient, elle avait resseré son etreinte aussi.
Devant eux se faisaient entendre des bruits...
"J'ai pas envie de souffrir" fit elle d'une voix éteinte en serrant la taille de stéphane, elle se remit à pleurer en répétant cette phrase.
Il fallait agir quand même, aller mais bouge toi le cul! Non non pas question j'ai peur je me laisse protégé. Mais bouge toi bordel! D'accord mais je fonce en fermant les yeux.

Effectivement... Comme à son habitude, Amour décida de foncer sans réfléchir. Elle preferait aller au devant du danger, juste pour que l'inconu devienne connu. Elle pensait qu'elle aurait moins peur, elle avançait lentement vers le bruit alors que stéphane la retenait par le bras. Elle s'arrêta, enfin un peu de bon sens...
Une porte bougea juste à coté d'eux, ils reculèrent. Elle fut ouverte brusquement. Un animal, la gueule bavant un liquide noir poisseux s'avançait lentement de son souffle rauque. Puis deux animaux... Des chiens, ça?... Ca n'y ressemblait plus beaucoup, c'était tout éventré de partout comme une robe déchirée, comme des lambeaux de cuir rouge. Amour qui n'avait pas d'arme, pensa à la seule chose qui alalit leur sauver la vie, courir. Mais courir c'était ameuter les pseudo mane-canin ayant abusé de l'anorexie... Elle tremblait et regarda Stéphane d'un air apeurré et interrogateur. Son arme était pointée sur l'une des créatures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane

Stéphane

Nombre de messages : 36
Localisation : France - Lorraine - Vosges
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   Jeu 30 Avr - 13:12

post précédent : Rues est


Tandis qu'ils marchaient le plus rapidement possible vers l'intersection, Stéphane réfléchissant à quoi faire si jamais la route était bloqué... Mais rien ne lui vint à l'esprit, à part se réfugier dans un immeuble...
Perdu dans ses pensées, il n'avait pas remarqué être enfin arrivé à la fameuse intersection. Il fut arracher de sa méditation par un petit rire qui provenait d'Amour. Étonné, il l'a regarda, perplexe.

* Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ? *

La jeune fille, comme elle-même surprise, mis brusquement sa main devant sa bouche, rougissante. Stéphane s'était arrêté, et détourna le regard vers le sud. Au loin pouvait se distinguer le bâtiment abritant le commissariat... Mais d'étranges bruits se faisaient entendre, et le silence ambiant ne faisait que les amplifier.

Prenant discrètement son arme dans sa poche, il sentit l'étreinte que la jeune femme lui portait se desserrer. Elle commençait à marcher en direction d'un des bâtiment, des sons en provenant.

* Nan mais elle va pas recommencer !! *

Il ne lui laissa pas le temps de faire deux pas qu'il la retint par le bras. La jeune femme stoppa net, tandis qu'à coté d'eux, une porte bougea, s'ouvrant lentement en grinçant. Stéphane se retourna brusquement, pointant son arme dans cette direction, alors que deux chiens en sortaient, dans un état encore plus pitoyable que ceux qu'ils avaient déjà rencontré. On aurait dit que leur peau avait littéralement été retournée sur elle même...

* Merde, je sais plus combien j'ai de balles... *

Stéphane ne pensait pas que tirer au hasard serait une bonne idée, mais plutôt un bon moyen de se retrouver à sec. Il fit un pas en arrière, tirant Amour pour la faire passer derrière lui. Courir en direction du sud, aveuglement, serait une très mauvaise idée. Et même s'ils étaient dans un état pitoyable, ces chiens étaient surement encore apte à les rattraper.
Pendant ce temps, les chiens s'avançaient lentement dans leur direction, mais semblaient effrayés par quelque chose.

* Comment un mort-vivant peu avoir peur ? Je comprend pas... *

Plus personne ne bougeait. Les bruits s'étaient tue lorsque les chiens étaient apparus dans la ruelle, et même eux ne faisait plus aucun bruit. L'ambiance se faisait lourde, et Stéphane se sentait de plus en plus mal à l'aise.

* Et on fait quoi maintenant... Mourir ici n'a jamais vraiment été dans mes projets... *

Il jeta un rapide coup d'œil sur sa droite, vers le sud. La route semblait dégagée, mis à part quelques carcasses de voitures fumantes...

Les secondes passèrent, personne n'osant bouger, et ne comprenant pas pourquoi les animaux restaient eux aussi immobiles.
Puis l'un d'eux parut s'impatienter. Il fit un pas en avant, lentement, puis accéléra un peu pour s'approcher encore plus de ses proies. Stéphane pointa son arme en direction de son crâne, sans bouger, de peur de le voir bondir.
Mais il n'eut pas à faire feu.
De sa droite, depuis le sud, quelque chose se jeta sur l'animal, l'arrachant au sol et l'emportant tout aussi vite, sans laisser à quiconque le temps de comprendre ce qu'il s'était passé.
Abasourdi, Stéphane n'osa pas bouger et essaya de distinguer la chose qui venait d'attaquer. Rien ne restait, à part le sang noirâtre qu'avait laissé dégouliner l'animal avant de se faire emporter, et un peu de fumée, ou de vapeur, qui semblait suivre la trajectoire de leur agresseur.

- Je... euh... propose qu'on s'en aille très vite... dit Stéphane à l'intention d'Amour.

La jeune fille ne répondit pas, mais il doutait qu'elle désire rester ici après ce qu'il venait d'arriver. Stéphane fit un pas sur le côté, se rendant seulement compte que le deuxième animal s'était enfui, probablement à l'intérieur du bâtiment.

* Là je comprend pas tout... Depuis quand des animaux comme ça ont peur ? Je croyais que c'était des zombies pourtant... *

Mais il n'avait pas le temps de trop réfléchir. Il serra sa prise sur la jeune fille et se mit à marcher très vite en direction du commissariat, espérant y arriver avant que la chose ne revienne s'en prendre à eux... Au fur et à mesure qu'ils avançaient, Stéphane accélérait la cadence, au point qu'ils étaient déjà en train de courir alors que le bâtiment devant eux se faisait de plus en plus proche... Au point qu'ils étaient arrivé extrêmement vite devant...

post suivant : Rue devant le commissariat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssekuja.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rue derrière le garage -> Rues Est   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rue derrière le garage -> Rues Est
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garage des rues : véritable casse-tête !
» La realite des enfants des rues, article du Sun-Sentinel
» Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP
» Derrière le brouillard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Dark Cold - :: Role Play - Rapentriac :: Rues-
Sauter vers: